litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

L’Assiko, une danse de guérison aujourd’hui spectaculaire et festive

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Danse

Originaire du pays Bassa, cette danse au rythme enjouée tire son nom de deux mots : ISI (désignant la terre ou le sol), transformé en ASSI, et KOO signifiant le pied. L’Assiko se pratique en effet pieds nus, à même le sol par des danseurs vêtus d’un simple Tee-shirt et d’un tissu roulé sur la taille en forme de pagne.

Les chorégraphies d’Assiko utilisent de nombreux déhanchements, des successions de petits pas rapprochés que les danseurs exécutent à différentes hauteurs, débouts ou accroupis, et où ils donnent l’impression de flotter sur la scène.

Elles sont également l’occasion de démonstrations d’équilibre, de contorsions et de force physique faisant appel à l’ivresse de la danse ou de la transe.

Musique

L’Assiko c’est aussi un style musical. Généralement la formation est constituée d’un chanteur s’accompagnant d’une guitare et d’un percussionniste jouant le rythme trépidant de l’Assiko à l’aide de couteaux et fourchettes en métal sur un flacon vide. Basse, batterie, cuivre peuvent compléter le duo de base. C’est un rythme qui demande assez de tonus d’orgueil et d’audace. Dans le temps, quand un chef Bassa arrivait dans une région voisine, il était toujours accompagné de son orchestre. La façon de jouer et la manière de danser devaient être spectaculaires pour ramener avec lui de belles femmes et des offrandes. La sonorité d’Assiko est plus bruyante que tous les rythmes existants au monde l’on pourrait la comparer au Rock mais pour certains, la seule différence qui existe entre l’Assiko et le Rock c’est la précision. L’Assiko respecte toutes les notes et c’est aussi pareil chez les danseurs, alors que le rock est simplement bruyant et cache souvent de fausses notes des guitares. Jean Aladin Bikoko (de regretté mémoire) père de ce propulseur de ce rythme, Olivier de Clovis Bonga, Samson Chaud Gars (de regretté mémoire), Martin Kon Mbogol, Défense, Fleur Devault, Viviane Etienne, Albert Dikoumé, Kristo Numpuby, Tchuck Élizé, ou encore Any Gold, tous des ambassadeurs de ce qui aujourd’hui peut être cité comme patrimoine. Aujourd’hui, plusieurs jeunes ont à leur tour pris l’initiative de promouvoir à cette richesse artistique selon leur feeling (créant tout une fusion avec d’autres rythmes) ; Dany Scorpio, Blick Bassy, le groupe C-minaire, Patrick Youmba, le Bantou Po-Si, Aladine Bekoko Diva (la fille de l’autre), si on ne peut citer que ceux là, ont su apporter leur touche personnelle à la mouvance. L’Assiko aura donc su résister à l’épreuve du temps…

http://www.culturebene.com/6046-lassiko-une-danse-de-guerison-aujourdhui-spectaculaire-et-festive.html

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.