litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

ORIGINE ET PEUPLEMENT YABASSI

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Les Yabassi forment l'une des nombreuses composantes de la Communauté Bassa-Mpoo-Bati. Leur territoire commence à la borne kilomètre 27 du département du Wouri et englobe la majorité des villages de l'arrondissement de Yabassi. Il comprend les villages suivants répartis entre Mpoo et Basaa

I- Présentation :

Les Yabassi forment l'une des nombreuses composantes de la Communauté Bassa-Mpoo-Bati. Leur territoire commence à la borne kilomètre 27 du département du Wouri et englobe la majorité des villages de l'arrondissement de Yabassi. Il comprend les villages suivants répartis entre Mpoo et Basaa :

*Canton Badjob-Ndogpenda : tous les villages à l'exception de ceux des Banya.

*Canton Dibeng-Ndogbélé : tous les villages.

*Canton Nyamtan : tous les villages.

*Canton Wouri-Bwèlé : Ndogbakeng.

*Canton Yabassi : tous les villages à l'exception de ceux des Banya et des Banen.

II- Généralités :

Lorsque les Basaa et les Mpoo  arrivèrent à NGOG LIPONDO (aussi nommé NGOG LITOUBA), la roche sacrée, ils trouvèrent sur place les Bati et les Banen. Ils réussirent à repousser les Banen mais les Bati leur résistèrent énergiquement. Ils durent donc se résoudre à constituer avec ces derniers une collectivité dont les origines mythiques communes sont cette roche sacrée : les Bassa- Mpoo-Bati.

L'augmentation de la population poussa bientôt la Communauté à la conquête de nouvelles terres. Les Bati en tant que "Batat Ngog", Gardiens de la Roche Sacrée, en furent dispensés. Ce furent Mpoo et les Basaa qui s'en chargèrent, pour ce faire ils adoptèrent des politiques de conquête différentes.

*Les Elog Mpoo laissèrent un clan autour de la Roche, ceux-là connus sous le nom de "Basso ba likol" ou "Bisoo" ont pour rôle de protéger au nom de tous les Mpoo le lieu sacré. Les autres clans constitués par la descendance (directe et collatérale) de Nanga Mpoo s'en furent.

*Les Basaa s'approprièrent d'abord les autres lieux sacrés qui entourent NGOG LIPONDO et les répartirent entre leurs différents clans, (F. HONOLL les quasiment tous identifié ceux-ci dans son article "Le Peuple Bassa : Formation et Evolution.." sur litenlibassa.com), ensuite il fut décidé que les ainés prendraient soin du lieu sacré et les cadets s'en iraient en quête de nouveaux espaces. Cependant toutes les familles Bassa sont représentées dans le pays Babimbi par les descendants de leur frère ainé.

Ainsi à l'exception de deux ou trois cas dans le Mungo et dans le Nkam, les clans Mpoo cheminèrent en conservant l'unité clanique tandis que les clans Basaa dispersèrent leurs composantes  dans toute la région Bassa-Mpoo-Bati.

Pour mémoire, les Basaa s'organisent en clans, Malom pluriel de Lilom ; en sous-clan, Lihaa ; en famille, Liten ; en sous-famille, Ndap. Les groupements Bassa ( Babimbi, Bikok, Likol) ne sont que des regroupements structurels de différentes fractions de clans. C'est la méconnaissance de l'organisation socioculturelle traditionnelle qui facilite les méprises dans les tentatives de classification de nos familles, d'autant plus que les préfixes désignant les clans, sous-clans, familles sont les mêmes (Log..., Ndog...).

III- Histoire :

Le clan Mbassa a pour site sacré NGOG NYOUMA, près de NGOG LIPONDO, l'ainé de ce clan était Bassi. Ses descendants ainés directs les Ndogbassi sont toujours installés dans le district de Nyanon en pays Babimbi. Parmi eux, ceux de son fils ainé Banguéngué (Ndogbanguéngué) ont la charge de NGOG NYOUMA, et à ce titre se trouvent non loin de cette roche. Les cadets de ce clan (Logbanol, Logbalak, Logbitek, Ndoglinda, Ndogpol ou Ndogpoo etc...) s'en furent. La grande majorité d'entre eux se trouve à ce jour entre NGOG NYOUMA et la ville de Yabassi. Il s'agit des Nyamtan, des Ndogmatchang, des Ndogbao, des Ndoglong, des Ndogkoga etc... Une petite partie d'entre eux se trouve en pays Banen, les Ndogbanol ; une autre dans le Nyong-et -Kellé, les Ndogpol qu'on retrouve aussi à Yabassi sous l'appelation Ndogpoo ; une autre encore est présente dans la région du Sud-Ouest, les Mbassa.

Lorsque les descendants de Bassi atteignirent les rives du Nkam (connu plus en aval sous le nom de Wouri), ils trouvèrent installés de l'autre coté de ce fleuve les Ndogpenda du clan Ndogbessol et des Badjob.

Ces deux groupes Mpoo avaient subi une scission à Mbébé près de Bot Makak, les uns se dirigeant vers le district de Méssondo (où comme à Yabassi, ils sont installés côte à côte), les autres longeant la Sanaga en compagnie d'autres clans Mpoo, Adiè et Ndonga entre autres, ces derniers s'arrêtèrent aux alentours d'Edéa, quand les Mbang, Yapoma et Bonadiwoto s'installaient à Dihala ; c'est de là que partirent, après avoir franchi le Wouri et sillonné le sud du département du Mungo,  avec des familles Mpoo (Yapéké, Yabyang....) que l'on dit  communément "Bakoko Dibombari", les Badjob et les Ndogpenda que l'on trouve aujourd'hui à Yabassi.

Ces Badjob (Yakan, Yangom, Yankombè, Bonaba...) et ces Ndogpenda (Nkom, Nkokom, Njanka ou Njaka...) accueillirent avec chaleur les descendants de Bassi qui franchirent le Nkam et les nommèrent "Yabassi", (ceux de Bassi ou plutôt descendants de Bassi en langue Mpoo.).

Une cohabitation pacifique s'instaura entre ces groupes, caractérisée par :

+La constitution de villages mixtes Mpoo-Bassa comme Ndogdjamen (Bonaba, Bonaloka, Logsenk, Logbi, Logbissoumbi...).

+La migration commune de Yabom (Mpoo) et de Ndogsuk (Bassa) vers le nord. Le fusion des deux groupes devait donner les Dibom.

+L'acceptation du Mbog et du bassa, sa langue de travail, par les autres peuples de la région (Bandem et Banen).

La deuxième vague migratoire qui devait constituer les Yabassi vint de la côte ; lorsque les Bombedi (Ewalè et Bojongo) arrivèrent à Dihala, ils furent accueillis par les Bassa et les Mpoo. Mais très rapidement la cohabitation devint pénible, les Ndogbakeng, les Ndogpa ou Ndogpassi, des Ndogbong, les NdoghOt et les Logbakem furent dans l'obligation de partir.

Les Ndogbakeng du clan Bakeng et quelques Ndogpa du clan N'saa-Ngombolo s'en allèrent à Tondè où ils furent rejoints par des Ndogpenda ; on les compte comme Yabassi.

Une partie des Ndogbong, (l'autre demeurant à Dihala), et  les Logbakem s'installèrent dans le canton Badjob-NdogpendaBakem) ; ces deux groupes sont du clan N'saa-Ngombolo. La majorité des Ndogpa s'arrêta d'abord à l'actuel Dibeng, puis passa le fleuve pour occuper le site sur lequel ils se trouvent toujours. Des Mbang passèrent le fleuve Nkam et rejoignirent les Dibom à Nkondjock ; les mésententes poussèrent les Dibom à remonter vers le nord. Les NdoghOt du clan Sop (Logmakembè, Ndogbati, Logbilem, NdoghOt, Ndoglii, Ndognti, Logsop etc...) s'installèrent sur leur emplacement actuel. Les tensions s'aggravant à Dihala, un groupe de Ndogbong, les Dibeng quittèrent la côte pour venir s'installer au lieu délaissé précédemment par les Ndogpa. (et même dans le Mungo pour ce qui concerne les

Après la guerre entre les Ewodi soutenus par les Ndogbakeng et les Bodiman aidés par les Ndogkoga, une partie des MbangNdogkoga, les Ndoghaa et les Ndogbélé, de l'autre coté du fleuve et sont accueillis favorablement par les Yankombè et les Bonaba. Ces Mbang étaient conduits par deux frères, Madjè et Biombè, et leur soeur Ntoga. Les descendants de Madjè sont les Ndogmalang, ceux de Biombè les Bonabikè et les Bonadissack, ceux de Ntoga les Lontoga. A cette occasion les Bonaba se virent divisés, ceux du canton Yabassi et ceux du canton Badjob-Ndogpenda. Dans leur avancée les Mbang ont eu besoin de guerriers, aussi ont-ils recruté à tour de bras des Bandem et des Banen devenus après le conflit des Bonabikè, tout en conservant de solides rapports avec leurs villages d'origine. de Nkondjock voulant rejoindre Yabassi, devenu un grand port fluvial, repoussent deux familles

Les Ngom (Dibom) devinrent une des familles Ndogpa après avoir aidé ces derniers à contenir les assauts des Békong (Bandem).

Une deuxième colonne Mbang tenta peu de temps après, de rejoindre la première, elle fut contrainte de s'arrêter à Benga II sur injonction des premiers colons. Ce fut la fin des migrations collectives vers Yabassi.

A cause d'un rite traditionnel non respecté les Ndogbissa (Ndogpao) furent dans l'obligation de quitter leur village d'origine, ils traversèrent le fleuve pour devenir la seconde famille Lontoga.

Une famille Logngas traversa la Dibamba pour s'installer à Bonépoupa II.

Des Abo venus de Mangamba pour pêcher dans le fleuve Nkam, prirent femmes et firent souche à Yabassi, leurs descendances forment les villages Nkounda, Ngondo, Nsakè et Golgota.

Un homme Mbang maria une femme de Ndogdjamen, et à cette occasion se vit offrir le site que sa famille, les Ndogmbang occupent.

Une scierie fut construite à Massombou, pour ses besoins de main d'oeuvre, les colons firent venir des Babimbi qui s'y installèrent définitivement.

Tel est l'origine des Yabassi, comme elle a pu être reconstituée.


Bona-Mbin bi NdoghOt

Commentaires  

 
#12 ngos simon 11-02-2012 07:07
Vive les bassa liten Li ke ni bissou
 
 
#11 mbecka nu Ndogbinik 20-12-2011 14:01
Suis Un Ndogdack de Nsakè.
Merci une fois de plus pour votre contribution.
 
 
#10 16-11-2011 09:33
ma yé man dibeng nha i nkounda. massoma bé bola nyu i ni han i lè ma wassè mi mbu ni mi mbu. ngui a namsè bé a namsè ki bon ba nkam bo basso
Je suis de père Dibeng et de mère Moukonda. merci pour le travail formidable que vous avez réalisé. Que Dieu vous bénisse et bénisse aussi tous les nkamois.
Travaillons avec FORCE et AMOUR pour sortir le NKAM de sa torpeur. MERCI.
 
 
#9 14-10-2011 14:38
mi youra bon ba nkam bo basso ndeng ndeng ba bonabeke.mi ye Lembe Koumkang Dingong di Bike Bi Biombe bi Nbilik. ma Ndap ma bassa ma ilong i Kamerun bon ni balaa ni yi le di lamap ti yoro(hop) wees dipem i bissou bi bakala.mi timbi bee bola mayoura.
 
 
#8 14-10-2011 14:25
Citer :
Citer :
:lol: ttrt

Citer :
:lol: ttrt

Ndoumbe Manyombe

Mi yi man bonadissake Missoma nyu han i massan béhh
Je suis un fils de Bonadissake.Merci pour l'histoire de nos pères
 
 
#7 01-04-2011 15:56
Citer :
:lol: ttrt

Citer :
:lol: ttrt

Ndoumbe Manyombe

Mi yi man bonadissake Missoma nyu han i massan béhh
Je suis un fils de Bonadissake.Merci pour l'histoire de nos pères
 
 
#6 05-02-2011 18:31
Ma yé man nyamtan. Massoma i nyu in_han i bassan béss.

Je suis un fils de nyamtan. Merci pour l'histoire de nos pères
 
 
#5 05-02-2011 18:31
Ma yé man nyamtan. Massoma i nyu in_han i bassan béss.

Je suis un fils de nyamtan. Merci pour l'histoire de nos pères
 
 
#4 05-02-2011 18:30
Ma yé man nyamtan. Massoma i nyu in_han i bassan béss.

Je suis un fils de nyamtan. Merci pour l'histoire de nos pères.
 
 
#3 06-11-2010 13:09
ttrt
 
 
#2 06-11-2010 13:09
Merci
 
 
#1 06-11-2010 13:05
merci
 

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.