litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

Mr. Pascal KINYOK sur le bilan du festival Mbog liaa 2010

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Pour plus d'informations et clarifications sur le bilan du festival mbog lia'a BABIMBI 2010, nous avons interrogé une fois de plus Mr. Kinyok,

responsable de la communication de l'association MBOG LIA'A.

Mr. Pascal KINYOK,  Conseiller chargé de la communication dans le bureau exécutif de MBOG LIAA, nous vous recevons pour la seconde fois en 6 mois. Comment allez-vous ?

Je vais très bien merci malgré le froid et la neige, parce que je suis revenu en France après le festival, mais ça fait du bien. Je suis effectivement Conseiller au Bureau Exécutif de MBOG LIAA en charge de la Communication. Pour le festival « BABIMBI 2010 » , j’étais Président de la commission de Promotion et du Marketing


Nous parlerons essentiellement du festival Mbog lia’a BABIMBI 2010. Du bilan de l’édition de novembre 2010. Qu’est ce qui a empêché la mobilisation générale ?

Pour ce qui est du bilan, il est très mitigé. A mon avis, si l’ouverture a été un très grand succès sur tous les plans, il n’en a pas été pour certains compartiments du festival au niveau du village du festival. Le COF,( Comité d’organisation du festival) a mis tous les meilleurs moyens pour la promotion . Je peux vous assurer que c’est pour la première fois depuis que nous organisons cet évènement qu’il y ait un tel arsenal publimédiatique et avec tant de supports. Si les gens ne sont pas venu comme par le passé, il faut faire une analyse :

a) La pauvreté qui sévit actuellement au Cameroun a empêché les masses à venir à Songmbenguè, car, il n’y a pas que le déplacement à faire, mais quand on fait le budget, il faut tenir compte des autres dépenses à réaliser sur place pour soi même d’abord et pour toutes les autres sollicitations amicales ou familiales. A y réfléchir, on s’abstient pour laisser place à d’autres priorités, Babimbi étant le socle et le berceau de nos ancêtres.(Les gens n’ont pas d’argent. Ceux qui en ont ne sont pas assez nombreux et ne peuvent pas tout faire).

b) Les conflits habituels de leadership entre les élites Babimbi de NDOM, et NGAMBE auxquels se sont ajoutés les problèmes de MASSOK ,de Rio Tinto ALCAN et les rivalités politiques, Pourtant, cet évènement a été préparé pendant deux années durant avec toutes sortes de sollicitations . Heureusement pour nous, nos frères du Nyong et kéllé et de POUMA ont dominé la scène. Je leur dois à eux toute ma gratitude. Grâce à eux, l’essentiel est resté sauf. C’est cela qui fait la force de MBOG LIAA qui n’est pas une association sectaire, mais un ensemble.

c) L’annonce officielle de Monsieur Léonard Claude MPOUMA de céder le poste de Président a créer au sein de la communauté, une certaine inquiétude pour sa succession. Les uns voyaient cela indécent de le voir laisser le poste à partir de BABIMBI, ce qui à leur avis devait créer un certain désordre et les autres de vouloir connaître le successeur auparavant. D’où la proposition de laisser le bureau exécutif actuel renforcé de 6 autres membres pour mieux préparer l’assemblée Générale. A tort ou à raison, les prochains jours nous le diront


Avec plus de 100 Maten enregistrés, on parle de moins de 25 % présents. Avec du recul, pouvez-vous affirmer avoir atteint votre objectif ?

Pour moi, les objectifs ont été atteints et largement dépassés. Si sur le plan quantitatif ce n’était pas ça, sur le plan qualitatif, nous avons été gâtés. Dès lors, nous ne pouvons plus parler de pourcentage au vu des éléments relevés plus haut. Ce qui a motivé d’ailleurs le report de l’Assemblée Générale pour faute de quorum.


Etudiant les raisons, certains observateurs énoncent par exemple  le fait d’avoir choisi 2 sites pour le même événement. Ngambè et Song-Mbengue. Qu’en dites-vous ?

La décision de faire le festival à Babimbi relève des prérogatives du bureau exécutif. Il était question de combler un vide et d’être juste Les 4 composantes de MBOL LIAA à savoir les BIKOK, les LIKOL, Les MPO’O et les BABIMBI Devaient avoir leur festival. Ns avons commencé par POUMA ensuite MAKAK et à EDEA. Il restait BABIMBI. C’est pour cette raison que l’avons surnommé « BABIMBI 2010 et le choix avait été porté sur SONGMBENGUE pour plusieurs raisons

a) La route bitumée qui s’arrête à cet endroit facilitant l’arrivée des partenaires souvent équipés d’une très grande logistique, notamment du matériel roulant qui ne peut rouler que sur le goudron b) L’énergie de SONGLOULOU qui selon nos négociations serait plus disponible à Songmbenguè qu’à NGAMBE c) La proximité ou le carrefour de la majorité des babimbi en ce lieu. Mais ; il ya eu un élément NGAMBE La forte et impressionnante élite de NGAMBE a souhaité voir l’ouverture là-bas pour 2 grandes raisons entre autres :

NGAMBE fut la première unité administrative de toute la région et chef lieu alors que MASSOK n’était qu’un village devenu district et arrondissement avec une commune qui détient des grands budgets aujourd’hui mieux que NGAMBE grâce à SONG LOULOU et bientôt RIO TINTO.

Le bureau a accédé à leur demande. C’est d’ailleurs elle, cette élite qui a financé entièrement l’ouverture du festival sous l’impulsion de Monsieur NYETAM Hans, Secrétaire d’état aux travaux publics de la république. Grâce, à cette action, un important déploiement logistique a été assuré pour que les routes en ces périodes soient et continuent à être refaites. Les travaux de bitumage de la route SONGMBENGUE -NGAMBE ont d’ailleurs été lancés et commencés.

Cette raison pour nous est un acte concret de développement pour MBOG LIAA qui grâce au festival est un grand stimulant… C’est cela. La culture. La culture, c’est le développement économique, politique social etc…


Le Comité permanent de réflexion (CPR) dont vous évoquiez la dernière fois l’existence n’a t-il pas fait son travail ? (nous serons ravi aussi d’interviewer le responsable de ce comité)

Si. Le CPR a très bien fait son travail. Il s’est associé au BE (bureau exécutif) au Cof Comité d’organisation et les comités locaux. La machine était bien huilée mais hélas.


Pourquoi l’élection de la Miss n’a finalement pas eu lieu ? Et pourtant tout ça parait si facile.

Tout était prêt par l’organisation de l’élection MISS. Ce concours a été reporté et non annulé à l’instar de l’Assemblée Générale. Le casting proposé avait été bien validé par le Sponsor officiel MTN qui a mis d’importants moyens à cet effet. Malheureusement, parmi les filles qui se sont manifestées, une seule remplissait les conditions requises. Le Sponsor et le comité ont unanimement décidé de reporter le concours. Toutes les filles sont rentrées fières de leurs lots de consolation qui avoisinaient au moins 150 euros chacune. Ce n’est que partie remise. Le Concours était coordonné par Miss Cameroun 2009 qui est BASSA de notre aire.


Quel avenir pour une association qui ne parvient pas à élire un bureau ? Lors d’une interview qu’il nous accorda dernièrement le président sortant affirmait pourtant vouloir passer le témoin.

Parce que notre peuple commence à sentir l’intérêt plus que jamais de MBOG LIAA et le besoin de son existence et de sa réorganisation. Tout le monde y est unanime là-dessus. On ne brade pas MBOG LIAA. Je suis optimiste sur son avenir. Il nous faut juste quelques réglages


Pour sauver Mbog lia’a, que préconise le bureau provisoire ? Et à quand l’organisation des élections ?

Le bureau provisoire va faire des propositions de reformes à l’assemblée générale qui en décide. Pour sa convocation, nous n’avons qu’un mandat provisoire d’un an, mandat pendant lequel, l’Assemblée générale doit s’organiser.


A combien s’élève le montant de la cotisation annuelle devant être acquittée par chaque  « liten » membres de mbog lia’a ? Qui sont ceux qui représentent ces « Liten »? Parlez nous un peu de la structure même de l’organisation.

Le montant de la cotisation annuelle s’élève de 25000 F cfa/ famille ou association légalisée.( Près de 34 euros.)Mais auparavant, il faudra adhérer pour 20.000F cfa, (27euros environ)une fois pour toute. Famille ou association c’est la même chose et chaque structure est représentée par 5 délégués. Seules les Familles et Associations sont membres. Dès que votre association ou votre famille adhère, tous les individus issus de celle-ci sont automatiquement membres mais ne peuvent être officiellement représentés que quand ils ont le mandat de délégué. Pendant les assises, le Bureau est très strict là-dessus.


Si on parlait bilan financier. Combien avez-vous perdu et qui finance vos activités ?

Le bilan financier est très positif. Pour la première fois depuis que nous organisons les festivals, je suis en mesure de vous dire sans risque de me tromper que le festival BABIMBI 2010 a fait du bénéfice. Nous avons liquidés toutes les dettes, nous avons payé toutes les charges et nous sommes resté avec de quoi organiser en partie la prochaine assemblée générale. Les raisons sont multiples.

Nos opérations sont financées par : le sponsoring, les contributions de l’élite et des membres, les dons et les échanges de services. Mais le plus grand apport est la mobilisation des ressources humaines pour tous ceux qui s’impliquent sans salaire. Ils y mettent de leur temps, de leur argent et de leurs potentialités intellectuelles sans rien. Leur seul e satisfaction : c’est le peuple MBOG LIAA C’est un atout indéniable. Quand on voit la qualité des intervenants au colloque, des plus grandes sommités intellectuelles du cameroun Basa’a - mpo’o – Bati, jamais égalés se mettre, comme un seul homme pour la cause de tout un peuple, quel bilan financier pourrait être négatif ?? Peut –on évaluer cela ??? A Combien ?? Mais cela a été fait et sans déficit.


Que dites vous à ceux qui pensent que tant que les Ba Mbombog ne seront pas directement et officiellement associés, le mbog lia’a n’aura jamais les « bissai » nécessaires pour son évolution.

Les Babombog ont leurs associations. Ces associations ont divers tendances. Je suis très mal placé pour en parler. Ce que je sais, c’est que depuis l’aube du temps, Les mbombog proviennent des familles qui avaient en leur sein, un ou des individus dotés des pouvoirs traditionnels reconnus. Le mbog est une affaire initiatique des MBOMBOG. En principe, ne doivent être membres que ceux qui ont été consacrés. La bénédiction de MBOG LIAA par les ba MBOMBOG a été faite en son temps par ceux qui étaient les gardiens du temple. Il y a eu beaucoup de tractations autour de ça. Seulement s’il faut toujours sur un problème déjà réglé, c’est désolant. Je pense que nous devons avancer. Nous sommes très anarchistes. C’est l’identité même des peuples de la forêt. Il ya des MBOMBOG, membres de MBOG LIAA dans chaque famille et dans chaque zone... Si vous prenez le cas des évêques, chacun gère son diocèse. Pas d’amalgames. Ces MBOMBOG viennent toujours ouvrir nos évènements chaque fois que nous en organisons. Chacun gère son territoire.

Qui est mbombog plus que qui ? chez qui ? Le problème de MBOG LIAA et les mbombog est endogène. Les problèmes des autres BOMBOG sont exogènes. C’est un éternel débat…Comme tous nos problèmes qui ne finissent jamais. Ceux qui parle de bénédictions ou de malédiction de MBO LIAA, c’est leur problème. Maudire tout un peuple relève d’un autre pouvoir. Mais ceux qui connaissent ce dossier, le prennent avec beaucoup de pincettes. Je suis au cœur du débat 15 ans et je sais de quoi je parle. Doucement… c’est un terrain très glissant.


Mr Kinyok, nous vous remercions pour votre disponibilité.

Commentaires  

 
#2 17-01-2011 00:31
A kinyock me nyéga, mais à te lire le bureau n'a aucune responsabilité dans l'échec de mbog liaa 2010. C'est trop beau. Le premier échec vient de la paraisse du bureau et de son affiliation au pouvoir politique actuel, la preuve le peuple doit se déplacer chez un ministre de la republique à Ngambe, au nom de la manchoire suprême pauvre affamés. Et ça personne n'en voulais. J’étais a songmbengue une semaine avant le début de mbog liaa c’était déjà un non évènement. Merci d'insulter les Bassas qu'ils sont pauvre, c'est peut être vrai mais de grâce. Les populations de sackbayeme, songmbengue, putkak, kahn , massock pour ne citer que les plus proche pouvaient remplir le festival en se déplaçant à pied, en dormant tous les jours chez eux, pas besoin d'argent mais pkoi tout ce monde était absent??? Le fait de recevoir l'argent de Rio Tinto a été le comble un argent de sang et de malédiction, vous avez ainsi comploté contre les populations de sackbayeme et songmbengue, et vous avez déclenché la haine viscérale du peuple Bassa il ne vous reste plus qu'à quitter mbog liaa et au plus vite.

Merci
 
 
+2 #1 12-01-2011 00:27
l'echec etait previsible lorsqu'on ne bosse pas.
Les autres organisent chaque année un festival et nous sommes incapables d'organiser 1 seul tous les 4 ans.
 

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.