litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

Sortie : Margot Groove s’essaie au Gospel

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Son premier album «Alpha», est sur les traces de ceux de son aînée Macha.

De ce rythme, Margot Groove n'a vraiment rien créée. Car le style qu'elle met en avant dans son premier album Alpha a déjà été livré au public par une des divas du gospel bien connues au Cameroun (Macha).

Comme son aînée Macha, Margot Groove, Marguerite Bassong de son vrai nom fait dans du Gospel play qui peut être dansé en toutes circonstances, même si entre ces deux personnages, l'un cherche ses marques tandis l'autre les a trouvées. «Uhôya ban me» en langue Bassa qui signifie «Dieu ne m'oublie pas» ou «souviens toi de moi Seigneur» est le titre par lequel Margot Groove invite le mélomane à commencer sa ballade dans son «Alpha».

«Me voici devant toi, je viens auprès de toi solliciter ton aide, Jéhovah ne m'oublie pas», précise la chanteuse. Ce premier titre est la toile de sa rencontre avec Dieu sur son lit de malade et des bienfaits que «le tout puissant lui a accordé», indique Margot Groove dans ce titre. Un titre qui ouvre une fenêtre sur nos attitudes, nos comportements et les conflits qui minent notre société en ce moment.

Pour apaiser les c?urs, l'artiste choisit de prôner «L'amour du christ» dans son deuxième titre. Une mélodie berçante qui adouci et permet d'évangéliser ceux qui écoutent : «Il y a quelqu'un qui se souci de ta vie, ouvre lui ton c?ur et laisse toi aimer. Car la vie ne se limite pas qu'à l'argent et au pouvoir. Recherchons la vie éternelle», clame l'artiste.

Le tout dans un savant dosage d'instruments musicaux que son équipe artistique a su mettre à profit pour la réussite de ce premier opus. Margot s'est fait accompagnée de Alain Oyono au saxophone, de Marcien Metogo, Pat et Fredo Bass aux guitares de Bob Sack aux percussions de Christian Mba aux claviers et la programmation et prise de son a été assurée par Ignace Tala. La sauce de Margot Groove a été mixée et masterisée par Sébastien Diot au studio Mwp.

Exhortation

Dans l'album Alpha, Margot groove utilise le français et le Bassa pour faire le message dans ses louanges à Dieu. Sur les dix titres contenus dans son premier album, quatre sont chantés en Français. D'un rythme à l'autre en fonction du message, la cadence change. En duo dans son souci d'aguicher plus de jeunes, elle choisit un style très couru en ce moment (le Rap). Elle s'associe à Roggy Stentor artiste rappeur et un des responsables d'une maison de production «Massema Production» pour lancer un appel aux jeunes. Les fidèles aux cultes du dimanche se retrouveront dans le titre «Bégana Yéhôva», qui plonge le mélomane dans l'ambiance que distillent les chorales après les sermons. Chanté en langue Bassa «Bégana Yéhôva», est une exhortation à revoir notre relation avec Dieu.

C'est un album qui au-delà de l'écoute transmet un message au spirituel. Un effet qui a parfaitement été travaillé grâce à la combinaison juste des instruments de percussions, le piano, la guitare bass, saxophone et la voix de Margot. Cependant, ce premier album n'est pas un chef d'?uvre. Car malgré le talent qui l'anime et son désir d'exploser, Margot va devoir s'améliorer encore parce que de l'avis de certains cet album est certes une proposition acceptable mais la véritable identité de l'artiste tarde encore à s'affirmer.

Un souci qui sera certainement surmonté puisque Margot semble entourée d'une équipe marketing dynamique qui lui a proposé un concept intéressant de pochette de l'opus. La pochette de son album est bien aérée, sans déchets et va à l'essentiel. Margot clôture sa première livraison par une recommandation qui est celle d'inviter Jésus dans nos vies. Reste à espérer que le miracle de la maturité artistique se réalisera dans son prochain album.

 

Dim lights Embed Embed this video on your site

 

Aristide Ekambi

http://www.quotidienmutations.info/sup-cultures.php?subaction=showfull&id=1307602512&archive=&start_from=&ucat=6

 

 



Commentaires  

 
#1 Manmut 26-08-2011 18:33
On peut bien ce passer ce ce gospel.....qui fait l'éloge de la mort de la spiritualité car en effet il n'y a rien de spirituel dans l’esclavage.
 

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.