litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

Cameroun: Blick Bassy fait sensation à Douala

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Le chanteur et guitariste camerounais a donné 2 concerts au Ccf jeudi et vendredi derniers. Les musiciens de Blick Bassy n’auraient pas fait les chœurs lors de ses deux concerts à Douala que cela serait passé inaperçu. En effet, le public reprenait en chœur toutes les  compositions de l’artiste, qui reconnaît gaiement que, « vous chantez bien ! ».

Jeudi et vendredi derniers, l’ancien membre du groupe Macase, accompagné de ses trois musiciens était en spectacle à l’Institut français de Douala pour le plus grand bonheur de ses fans qui auront passé ainsi sept ans sans voir leur star sur scène. La preuve, les deux dates ont fait salle comble. Blick Bassy jouait à guichets fermés. La salle est comble. Mais les retardataires n’ont aucune envie de rater le spectacle. Alors, à la place de chaises confortables, l’on se rabat sur le tapis, autrement dit, à même le sol. Tout espérant que quelqu’un désiste et abandonne son siège. Mais personne ne bouge et ce, jusqu’à la fin du spectacle.
Il faut dire qu’il y avait de quoi scotcher les mélomanes sur leurs sièges. Entre sa voix grave, ses pas de danse et son humour, l’ambiance était bon enfant. Et même lorsque le chanteur cède la place à ses musiciens, le public est loin de s’ennuyer. Batteur, bassiste, soliste rivalisent d’adresse avec leurs instruments.  Le spectacle est à la hauteur des attentes du public qui ne quitte pas la scène des yeux. « Le gars bassa ci est fort », soutient Aline, le regard pétillant…
Aidé de sa guitare, Blick Bassy revisite les titres du répertoire de ses deux albums (Léman et Hongo calling). Un mélange de makunè, d’assiko (danses des peuples bassa), de jazz et de ballades. Et l’entrée en matière est en douceur. En effet l’artiste apparaît seul sur scène avec sa guitare. Pantalon jeans bobaraba délavé (large aux cuisses et rétréci au niveau des jambes), sur un chemisier à courtes marches, l’heure est à la décontraction.  
C’est dans cette ambiance que Jon Grandcamp le batteur et percussionniste de la soirée donne le ton de la soirée sur le titre « Massé ». Vite repris en chœur par le public. Or, les musiciens ne sont encore qu’aux premières notes. Mêmes réactions sur « Sdf », ou encore sur « Wè ». Et au rythme fort endiablé des chansons, cris et battements de mains suivent. Le public va devenir euphorique lorsque Guimba Kounaté laisse sa guitare solo pour un jeu de Tama (petit tam-tam de l’Afrique de l’Ouest). L’instrument bien callé sous son aisselle, cet originaire du Mali offre au public  de belles sonorités de son pays. Un moment d’échange culturel qui se poursuit sur « Bolo ». Grâce à Alune à la guitare basse et au chant, l’on découvre que le bassa et le wolof (langue du Sénégal), font bon ménage. Lorsque vient la tant attendue « Maria », c’est un public déjà conquit qui se lève pour la dernière danse.

http://www.camerpress.net


Commentaires  

 
#1 Francis HONOLL 14-12-2011 14:37
Me yega MBOK
J ai Pas encore eu la chance d'assister à un concert de ce génie.Pour l instant les CD m apportent une grande joie.On espère qu il gardera son style poétique.
I kété li nyang
Francis
 

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.