litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

PES BISU : LITIMBIS YONDO - CHAPITRE I : REMETTRE A NEUF

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

 

 

Di ntémb habé ni mbús ni mintidá mí miŋáŋ mí kúndέ loŋ. Di tá bé sókbôk to lέ mal kâl inyuú miŋáŋ mí.Di gwés ndîk lέ mâm má nóógá hyay hí banoŋ bés.

Nous ne reviendrons pas sur les histoires sanglantes de la libération. Nous ne sommes des sommités détentrices de la Vérité absolue les concernant. La postérité doit simplement comprendre notre histoire.

I-Kíí í ŋkogoo ndi yambák í lέk ?

I pot malígá, di nhôs inyuú ŋgi ŋgamá ŋkáná basi i anέ bapeges loŋ yês ; hálā wέ likídîk lέ basέ bákáná i gweé bé jâm í anέ bapeges loŋ Kamerun. Inyuú hála, di ye ntóŋ, ú bέl bé pídέ.

Qu’est-ce qui a mordu pour que le ganglion s’active ? Que s’est-il passé pour que vienne notre chute ?

En vérité, nous n’avons pas établi un lien de soutien mutuel entre la religion occidentale et le pouvoir de domination dans notre pays. Il est difficile de croire, pour cette raison, que nous regardions ensemble dans la même direction.

²Di bodôl băŋ mapám má soŋ i Sâk, njέl mahol i nέngε bé. Nson ú nyiŋbá bôt bá nyónós yígîl ni ŋgooba yeé. Inyuú hála mabíí má ntol há bé. Liyέp lí yé bá ébgâ. Mudáá a mbóhól inyuú ŋgandak ndom. Náy náy a ncóó man, a kέε. Nlóm a yé hī kέl í njέmbέ. Bibúm gwés bi ŋkahâl cé ; bon bés bá mpot há béé hop wés.

Parce que, à vrai dire, nous ne sommes pas sortis de l’ornière depuis le temps où nous avons entamé le chemin du développement. Ceux qui ont terminé leurs études ne trouvent plus d’emplois et de formation. A cause de cela, les mariages deviennent rares. La pauvreté est partout. La femme quitte son foyer en raison des nombreuses bastonnades. Pis, elle part en laissant son enfant. Le mari quemande à boire. Nos villages sont désertés et nos enfants ne parlent plus notre langue.

Kagdákagda i ŋέm bitíson, kagdákagda í mambáy més, yîk wέ sεl málá : munlóm a yé mε jěm ; a njέ mέ hitaba ; ŋkiyá wέm a nolâ ; ŋkéŋéé mán ú ŋkon mέ, mbálá yem a njés nyέ mboŋ, yâk nyέ a ŋkέ kôs (hála wεέ limalá).

Désordre au cœur des cités ; désordre dans les villages, à l’instar des remous d’un panier à crabes. L’homme est une tragédie en ce qui me concerne ; il m’a trahi ; ma brue est criminelle ; mon enfant est malade, ma co-épouse lui a fait manger du poison, je ferai en sorte qu’il lui arrive un malheur.

I boŋ lέ manógla má bá, ŋgîm bôt í jôp ekelesia (ntóŋ ú banέέbε hop bibεl). Biyógda gwáp bí sólí bé : pásto a ŋkádál mέ ŋwaá ; bakúbûl miŋoŋ bá ntól bé mandap má mítin, nyoo nyέn bá yέlέl macaŋg má ndêŋg má bôt bá ndap mabîí. Lôk páda nû a mbená sέm nsáŋ mbásá ni ŋgandâk mayagal a bí nyúbdaha bés yúbda keérá : a nyígîs bés Ngog litubá tígîl basógôlsogol.

Pour que l’entente revienne, certaines personnes ont adhéré aux églises de la ‘’révélation (ceux qui croient en l’évangile). Les actes qu’ils posent sont connus : ma femme me cocufie avec le pasteur ; les spécialistes de la délation neratent pas une occasion de fréquenter l’église, c’est à bon escient qu’ils y dévoilent les travers des foyers. L’église catholique qui a coutume de prier avec ardeur en multipliant les signes de croix nous a:vait depuis longtemps embrouillés : il nous ont fait abandonner le sanctuaire ancestral de Ngog lituba.

Ndí bilέn bilέn, i pólá măn lôk páda ni măn lôk sáŋgó, likap lí ta béé lέm. Măn lôk páda nla bé jôp i jimb nyέ loŋ ni bon bá bibasέ bipέ. Ndí kέl i bé ŋgi yέ, biti biti bí bódôl. Matén més má wáá bípada inyuú misolbέ mí matέlbâk ; bá ntoghá bo lέ bá nsohop ŋgándak. Bayí kaat bakáná bá mbégés ndîk yīgîl makédêl má Bákáná ni bisūglu bí gwăp, bá nyának bálεŋ tááfεl i ngií minyol. Hoŋláná kī, náy náy, hikií hikóŋkóŋgó, hé hi híhímbâ í mincέp mí pólitîk. Manógla suút i kedé matén má Mbog liáá inyuú ŋgi ŋkwεl ú línyaŋ lí bôt.

Aujourd’hui, le croyant d’obédience catholique et celui de l’église protestante ont très peu de choses en partage. Nous n’en étions qu’au début des hostilités que les partis pris ont commencé. Nos communautés ne supportent plus l’hypocrisie des prêtres ; elles les accusent de traîtrise. Les lettrés donnent davantage de considération à la connaissance de l’écriture des Occidentaux et leurs écoles et dénigrent ceux qui n’ont pas fait de scolarité. Pis encore, à chaque groupe de pression son réseau dans les arcanes politiciennes. Aucune entente possible sans un cadre de conertation entre les tribus de Mbog liáá.

Mahol ma nla bé lo ikedé mbáglá. Mbáglá í panda dikuú, matén, bibasέ, mahaa, bon, bilogbikée ; mbáglá  kī ikedé lôk bambombog bakáná bá bí pέgbáná batambā. Libím ikedé yăp lí noŋ hikuú hí R.D.P.C. kií liuŋ lí bílém lí nímîl inyuú ngim ŋdeda ; hok ŋgéda bá yé bikrĭstεn bikέŋí, ú héyâ lέ mbásá wo kikī wo ú tá ikedé kwa yâp ni bot mbog maké máp má ndáp Jôp. Bihélhá bí mâm inyuú libéghâk lí bá nkâl lέ bá mbégés Mbog kikií ntolok ú bâsέ ! I ndôk bôt ini, i nyămb mayoo !

Aucun développement n’est possible dans la division. Division entre les organisations, religions, clans, enfants et frères de sang ; division au sein même des Bambombog qui entretenaient des relations de respect mutuel avec les Blancs. Certains militent dans le R.D.P.C  comme un troupeau d’animaux ; quelques fois, ils se convertissent au christianisme. Tout de même étrange pour des adeptes du Mbog que nous entrevoyons à part entière comme une religion sacrée. Ils y ont franchi le rubicon.

Hála a ye (i jέm litέhgέ) tomdέtomdε, sáábásaaba, kúúbákuuba, ni lugha bôt ikedé jĭbε. Njέ a má tέhέ bísop, ŋégá likodá lí băsε lôk páda a ŋkadbá lέ a ye pastô (lôk sáŋgó) to lέ imâm (basε báúsú-islam-) ? U yobá, bá mfanέ wέ, bébá lífángε ; bá ntíbîl yágá nógós wέ, baŋgá báŋgā linóghak inyuú litέlbâk maúá. Baso bôt bá njo gwét inyuú lipém lí bibasέ gwáp.

Tout cela apparaît (à mes yeux) comme des manœuvres d’égarement, de dispersion, d’implosion et de manipulation obscurantiste des personnes. Qui a déjà vu un évêque de l’église catholique dire qu’il est pasteur dans communauté protestante ou encore imâm (islam) ? Dès que tu manifestes un subterfuge, tu es puni et ramené à des considérations orthodoxes. Les autres tiennent à leurs normes de comportements là où nous pêchons par un certain laxisme.

II- Kī nsómblâ nâno inyuú litimbis yondo?

I sέm kwέp, di ŋgwaabέnέ hikií kέl inyuú ŋgi yí. Di nsέndi inyuú lέ di mbáāgέnέ í Ngok lituba. D’á bá ndîk nhélhâk í kεna mahoŋol més ni bisu ni bôt bá noga, inyuú lέ bá nyí lέ « linuup jon lí ŋkēghá macέε ». Di yéēnέ i licέε jés (mahoŋol ma básógólsogol) í kεk jo.

Que faut-il à présent ?

Pour couper court, nous nous sommes comportés comme des personnes bêtes en raison de notre ignorance. Nous avons glissé parce que notre pierre d’achoppement c’est Ngog lituba.Nous serons bien obligés de poursuivre le développement de nos idées avec les personnes qui comprennent et savent que les œufs ne peuvent éclore que si on les couve. Il convient donc de nous en tenir à notre œuf (les pensées de nos ancêtres) avec la fermeintention de le couver.

Híkī mût a kóoba mahoŋol inyuú nlóm likodá (ŋkwεl wés ŋkέŋí í Song Mbengué ni Ngambé) í sóŋ mayέ sep 2010. Mû nyέn yí ni hop ú kíŋ’kédé bí nlol bés. Boŋá a nlamá pel ni maké má Ngog lituba í miŋέm. « U têŋbέ ni jam, u sok ndígí tēe  jâm lí hélhá mû ». Mban í boŋ ŋgim jam lí loná ŋsέŋ.

Que chacun programme au préalable ses points de vue pour notre grande causerie de Babimbi (Song Mbengué) prévue au mois de novembre 2010. C’est de là que viendront l’intelligence et l’intuition des choses. Notre cerveau doit intégrer cette rencontre que nous devons tous porter à coeur. Un proverbe dit : ‘’si tu t’attaches à faire une chose, tu finis par y déceler quelque chose d’utile’’. C’est dire qu’en toute chose, la patience finit par payer.

Nâno di mbôŋhá maké má sây í Ngog lituba. Jon di ngi kôndgέ lεŋ mínsebla loŋni likálo. A bakεna minson, mabók, mintóŋ, mintuk, manwin, dikuu dí máhol, mátén ni mahaa ; A bayímam, bayímbog ni ligwéé lí mbog, bahémlε, bayílikέŋgέ, i nsomblá bés ŋóôk pêk i tέhέ lέláá Mbog i nla nyodnέ i hέt i téé i kε ni bisú.

A présent, considérons les préparatifs de la rencontre de Ngog lituba. C’est la raison pour laquelle nous continuons à faire passer les informations en écho sonore. A tous les responsables des travaux organisés, des milieux de l’environnement, des mouvements, des jeux collectifs, de la communication, des associations de développement, des tribus et clans ; à tous les érudits, les initiés du Mbog, les croyants de tous bords, les ingénieurs, il nous faut un savoir édifié à partir duquel le Mbog peut et doit décoller.

 

 

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.