litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

NKOK COMME ORIGINE DE L' HUMANITÉ TOUT ENTIÈRE

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Dans Mbok Liaa J. Mboui présente la sociogenèse de mbok à partir d’une généalogie de dix huit ancêtres formant en fait neuf couples ( 9, bôô ) primordiaux sortis du Rocher Percé, Nkok lituba. Dans la symbolique de l’origine ce nom signifie l’utérus ouvert, la matrice-mère de l’humanité. Il s’agit en fait d’ une autre analogie de l’ œuf primordiale, une expression des eaux originaires portant en leur sein de manière latente toutes les formes d’ existence qui en sortiront pour devenir des formes de vie.

D’ après cette Parole telle qu’elle nous est parvenue comme Terre constitutive de tradition et par extension la Tradition elle-même, la génération de notre peule et son expansion à travers le mouvement du temps et de l’espace se sont faits à partir de l’ouverture de cette matrice de la vie. Mut la forme de vie que représente notre espèce a pris pied à partir des dix huit ancêtres auxquels la Tradition attribue les noms suivants : Ngog / Ki Wom, Mbog/ Ki Ndap, Njel/ Ki Nun, Mbang / Ki Heg, Mban / Ki Nom, Ngaa / Ki Nyemb, Nsaa / Ki Isi, Bias / Ki Ndog, Buwe / Ki Yii ki.

Généralement on entend parler simplement de neuf ( 9, bôô ) ancêtres à cause certainement d’ un assèchement occasionnel de la reproduction de notre imaginaire collectif qui pourtant retient de manière décisive que la génération ne peut être que le fruit de l’ union de deux êtres qui sont en l’ occurrence ici la femme et l’ homme. Nous sommes donc en présence de dix huit figures qui ne peuvent être ramenées à neuf que si nous assumons que Un (1, Ada) comme totalité complète est l’union de ces deux êtres à qui il manque quelque chose d’essentiel quand ils sont posés en dehors de leur union originelle. L’impair doit s’unir au paire pour devenir vie, géniteurs et générateurs de vie. C’est ainsi seulement que la considération de chaque couple comme Un (1, Ada ) ancêtre devient pleine de sens dans le mouvement algébrique de la Parole. 9+9=18 et 1+8=9. Ici nous retrouvons une symétrie parfaite des nombres et des figures constitutives du mouvement en tant que vie.

Neuf (9, bôô) est toujours l’ horizon qui sépare le fini de l’ infini, le monde d’ en haut et celui d’ en bas. C’est l’accomplissement de tout processus, c’est le terme de tout mouvement. Si tout par de Un tout y reste donc lié sans pouvoir jamais traversé la limite de l’infini. "

Copy right, Extrait de LA PAROLE DU ROCHER.

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.