litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

chronique

Morose 08 mars! pour Noé Konfy

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Quelle tristesse pour moi en cette journée ou les femmes du monde entier célèbrent une journée aussi harassante que peu utile pour la grande majorité au Cameroun! Combien sont elles qui, en ce jour et précisément à cette heure pourront

Noël: Quels enjeux pour nous africains ?

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Dans deux jours le monde entier, dans sa grande majorité fêtera Noel. Du nord au sud, de l’est en ouest ce sera l’occasion de grandes liesses

La peur... au ventre héritée ?

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

L'histoire du peuple basaa est principalement marquée par cette terreur qui a régné dans notre pays à la fin des années soixante.

Toutes les causes méritent mobilisation

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Toutes les causes méritent mobilisation. Il n’y a pas de causes plus justes ou plus importantes que d’autres. Telles sont des affirmations qu’ils nous arrivent souvent de prononcer ou d’entendre. S’il est clairement établie que les causes ont pour but de créer ou d’améliorer des conditions telles que l’équilibre social et psychologique des individus, il n en demeure pas moins que certaines causes nous touchent plus que d autres. C’est le cas de la défense des droits des populations de Sackbayemi et de Songmbengue, deux localités de la Sanaga Maritime.

A vos plumes : La dégradation des mœurs

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

La dégradation des mœurs et la baisse flagrante des valeurs est un phénomène qu’on observe partout au Cameroun de nos jours, à quelques exceptions près. Ce phénomène étend ses tentacules jusqu’aux tréfonds de nos vies les plus intimes. Aussi est il devenu commun et même « normal » de voir des septuagénaires se pavaner au bras de fillettes encore à cheval entre l’enfance et l’adolescence. Très souvent, leurs proies sont choisies dans le cercle d’influence du monsieur : dans la famille, en périphérie de son lieu d’habitation, etc.

QUELLE PLACE POUR NOS ARTISTES?

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

 

L’artiste et parolier OTTOU MARCELLIN a reçu une distinction dont rêve tout artiste évoluant dans le même registre, ne serait-ce que à titre posthume. Il a été immortalisé.

Grâce à la parution d’un de ses textes dans un programme des éditions Nathan prévu pour les classes de 6è de l'Afrique francophone : Mon livre unique de français. A la page 138, l'on retrouve un texte intitulé «Je reviendrai maman», dans la séquence consacrée aux enfants soldats.

Aladin Bikoko: une disparition qui interpelle les pouvoirs publics camerounais

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Au Cameroun, le monde de la culture en général et de la musique en particulier vient à nouveau de subir une énorme perte. Énorme par la qualité de ce que représentait celui qui aujourd’hui laisse un vide, un néant dans le patrimoine artistique de notre pays. 

Hinoo hi bôlô ni bisélél

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Il est connu que Paris, sa région et dans une plus large mesure la France est en Europe l’un des endroits où l’on peut facilement revivre une ambiance comme au pays. Cela pour la simple et bonne raison que l’environnement s’y prête.Le grand nombre de compatriotes qui s’y trouve s’organise pour reproduire nos arts de vivre.

Note de lecture du dictionnaire Bassa-français de Bellnoun Momha

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Il  y a des nouvelles qu'on ne peut dissimuler pendant longtemps, comme la naissance d'un enfant dans une famille. C'est le cas  en ce moment de cet  ouvrage  de référence  qui alimente  depuis sa sortie  les débats dans les salons feutrés entre amis  et au sein de l'intelligentsia Bassa. Il s'agit du Dictionnaire Bassa-Français.

Chronique : SECRET – DEFENSE

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

L’oralité est le canal le plus utilisé pour la transmission de nos us, coutumes et aussi essentiellement de notre identité. Pour l’éducation des enfants, les premiers soins en cas d’ennuis de santé ;les familles ont recours à de nombreuses astuces qui leur ont été transmises par une aïeule ou enseignées « officiellement ». Mais pour en éviter tout abus dans l’utilisation des dites forces, leur transmission ne se fait pas avec un haut parleur. Et le plus souvent, elle est tue, elle est secrète.

L’autre grand absent de l’art ...

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Dans nos villages, les femmes ont toutes dans leur concession une pièce que l’on appelle Li Ndugi. Cette pièce qu’elles se lèguent génération après génération est destinée au stockage des récoltes qui, le moment venu serviront, soit à la consommation familiale, soit à la vente, soit comme semences pour  les saisons à venir.

Page 2 sur 5