litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

Toutes les causes méritent mobilisation

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Toutes les causes méritent mobilisation. Il n’y a pas de causes plus justes ou plus importantes que d’autres. Telles sont des affirmations qu’ils nous arrivent souvent de prononcer ou d’entendre. S’il est clairement établie que les causes ont pour but de créer ou d’améliorer des conditions telles que l’équilibre social et psychologique des individus, il n en demeure pas moins que certaines causes nous touchent plus que d autres. C’est le cas de la défense des droits des populations de Sackbayemi et de Songmbengue, deux localités de la Sanaga Maritime.

 

En Avril dernier nous vous annoncions déjà le projet de construction d’un barrage électrique à Song Mbengue/Sackbayemi. A ce jour ces informations ont largement dépassé le stade de suppositions et alarment toutes personnes soucieuses du devenir de ces contrées. Si aujourd’hui l’offensive préparée nous oblige à ne pas divulguer toutes nos informations, nous pouvons néanmoins soutenir l’existence d’un accord de principe entre l’état Camerounais et le groupe Canadien RTA. L’urgence d’une mobilisation se fait de plus en plus sentir car tout se joue avant la signature définitive du contrat.

Ce barrage devra être construit essentiellement pour alimenter la production de l’usine d aluminium qui est en gestation dans la ville de Kribi (extension de l’usine Alucam d’Edéa). Rio Tinto Alcan (RTA), groupe canadien britannique et australien dont le siège est au canada, promoteur de ce chantier s'est affranchi des charges compensatoires d’un tel projet. Ce qui signifie que nos populations encourent le risque d’être délogées et expropriées de leurs terres, seuls biens et pour certaines familles seule source de revenus potentielles, sans pour autant que leur soit assurée une solution compensatoire. Une étude environnementale conduite par le cabinet Alpha technology pour le compte de la RTA a été menée. Le rapport qu’il nous a été permis de parcourir de source officieuse, souligne plusieurs points sombres à la construction de ce barrage. Premièrement, il a été omis de présenter certains aspects du projet aux populations. L’étude présente une autre alternative à la manière de mener ce projet qui préservera les villages d’une destruction certaine, comme dans l’option qui a été validée par RTA. Le but d’une telle manœuvre nous apparait assez clairement ici comme étant une intention de flouer ces populations qui sont très conscientes des besoins du Cameroun en matière d énergie. En effet RTA fait partie de ces sociétés qui ont compris les carences en énergie de cette sous-région d’Afrique et qui entendent s’y implanter durablement. Ils veulent revendre l’énergie au Cameroun.

Ainsi si nous ne pouvons nier les besoins de notre pays en matière d’énergies ; nous gardons néanmoins à l esprit que le développement tel que certains l’entendent ne saurait être placé au dessus du bien-être de nos populations. Cette étude nous confirme dans ce cas précis que ces deux aspects peuvent être liés. Ainsi au lieu de construire un immense barrage qui exigerait que disparaissent nos villages, il ne serait nullement utopiste d’envisager une solution qui mettrait en place la construction de deux ou plusieurs barrages. Ce qui préserverait les villages de Songmbengue et de Sackbayemi. Une deuxième solution toute aussi réaliste suggère que le barrage de Songloulou à ce jour exploité qu’à hauteur de 30% de ces capacités,  soit utilisé pour pallier à ces carences en énergie. Seulement voilà Songloulou est exploité par AES-SONEL qui deviendrait au cas où RTA atteint ses objectifs leur principal concurrent en matière d énergie. L’étude laisse apparaitre une troisième solution qui encouragerait la construction d’un seul barrage mais plus petit et de compenser l’apport énergétique manquant  par la mise en place d’énergies renouvelables. Nous avons un exemple en application chez nos voisins marocains. Toutes ces alternatives nous montrent que la disparition de Songmbengue et Sackbayemi n’est pas une inévitable , puisque la possibilité de répondre aux besoins énergétiques du peuple camerounais n’est en rien incompatible avec la survie de ces contrées. Il ne tient qu’à nous et à notre mobilisation pour que soit enrayée cette machine qui tend à ne pas faire des populations camerounaises leurs priorités.

Si il peut sembler compréhensible que RTA pense d’abord à ses intérêts, il est tout aussi logique que tous, Camerounais prenions ce problème à bras le corps pour la défense de nos intérêts. Il semble logique que nous nous mobilisons pour sauver la 2eme agglomération du département de la Sanaga Maritime en terme de population. En effet, après Edéa, viennent respectivement Sackbayemi/Songmbenge, NGambe, Pouma ensuite Ndom. L’Eglise presbytérienne Camerounaise y a marqué un des premiers pans de son histoire qui continue de vivre aujourd’hui à travers son implantation dans cette ville. L’Hôpital de la ville qui jusque dans les années 80 était le 3eme plus grand hôpital du Cameroun. Seulement, Songmbengue est mis en avant par les autorités et la RTA pour justifier le peu d importance donnée au déracinement. Elles arguent que les populations sont issues de l immigration et pourront toujours retourner dans leurs contrées d’origine. Mais elles oublient de préciser dans quelles conditions ces populations s’y sont retrouvées. Ils oublient de préciser que c’est suite à un déracinement forcé durant les guerres d’indépendance qu’on les y a parqués. Ils ont tant bien que mal réussi à s’approprier les lieux. Leurs descendants y sont nés et certains ne connaissent absolument pas d autres "chez eux". Songmbengue revêt cette importance majeure pour ces populations en cela même qu’elle leur a permis de se reconstruire un chez eux.

Ce même songmbengue accueillera l’édition 2010 du festival Mbog Liaa menée par le pr. Claude Léonnard Mpouma qui justifie le choix de cette localité en rappelant qu’elle a une forte réputation marchande, chose qui réjouira les visiteurs qui pourront ainsi profiter entre autres de la grande foire commerciale et artistique prévue durant les festivités. Cette édition qui s’étendra sur la période du 19 au 27 Novembre 2010 sera la quatrième édition organisée par l’association qui œuvre pour le renforcement des liens de fraternité entre les familles mais aussi à la consolidation de l’identité culturelle qui selon eux est une composante de l’identité nationale.


Commentaires  

 
#12 jeny 10-11-2010 14:42
@MOUTLEN NDJE Ferdina, nous sommes ravies qu'il soit prévu un débat sur la question au festival Mbog Liaa. Mais entre nous, les responsables locaux de l'Allucam Maîtrisent -ils réellement les contour de ce projet ? je veux dire, ont-ils leur mot à dire côté RAT ?
 
 
#11 10-11-2010 14:34
Bonne après midi à tous suis flaté d'être pris pour mon Papa qui est Directeur à RTA. Je voudrai que chacun de nous se dépassione et prenne du recul vis à vis de tel ou telle autre situation surtout celle aussi délicat que la construction de ses barages en pays Bassa.
Je voudrai et souhaiterai que nous puissions tous nous rendre à Songbengue pendant le festival ou les responsables D'Alucam nous donnerons des éclaisissements sur ses barages et leurs impacts sur nos populations.
 
 
+1 #10 09-11-2010 03:40
@MOUTLEN hummm Songloulou a approté koi à la sanaga maritime et nyong ekele? RIEN L'independance noua apportée quoi ? RIEN c'est d'autres qui mange. Eh bien RTA ne nous apportera rien non plus. L'histoire se repete.
 
 
#9 08-11-2010 14:01
Merci Nath. pour l eclaircissement alarmante que vous ns avez livré je suis de songmbengué ( LOGPAGAL) et voir la disparition de nos villages est triste t autant que c est notre histoire qui risque aller en flame. Nos enfants qui sont deja touchés par le manque de metrise de base languistique de notre bas'aa bien aimé seront ensuite privé de leur terre.L HOMME c est sont histoire, sont village et sa langue. Je suis immigré en allemagne, j aimerai converser en cette belle langue bas'aa avec mes enfants qui sont nées ici et rentrerons s´il plait au BON DIEU decouvir leur TERRE de la SANAGA MARITIME.LOULOUGA MBOME.
 
 
#8 jeny 08-11-2010 12:54
Il défendrait donc son gombo. lol !
 
 
#7 08-11-2010 12:32
Moutlen devrait nous dire, par honnêteté intellectuelle, qu'il est le Directeur Technique de la société Alucam, filiale de du Groupe Rio Tinto Alcan.
Son intervention aurait ainsi toute sa pertinance (LOL)
 
 
#6 06-11-2010 23:15
@Nka'a l association Assacks est au coeur de ce problème. tu pourrais rentrer en contact avec eux. Je t enverrai un émail de contact.
 
 
+1 #5 06-11-2010 13:37
Rien de plus derangeant qu'un certain sentiment d'impuissance ressenti par de nombreuses personnes qui aimeraient bien au-delà des beaux discours s'engager...poser un acte.
s'il y a mouvement autoure de ce pb, je note que jusqu'aujourd'hui personne ne sait à qui s'adresser pour se joindre à la cause. Si je me trompe à NAB peux-tu me corriger
 
 
#4 jeny 05-11-2010 23:50
@MOUTLEN NDJE Ferdina,
peux-tu lister les "perspectives et opportunités dans la Grande Sanaga Maritime" que ces barrages apporteront ?
 
 
#3 05-11-2010 21:10
Merci nathalie pour cet exposé au combien enrichissant mais aussi alarmant
Certe RTA souhaite construire Trois petits barrages qui selon leurs études feraient disparaitre le centre de songmbengue tel que nous l'avons toujours connue récullant de ce fait les populations encore plus vers l'intérieur du pays. Mais nous devons aussi voir qu'au délà de l'aspect énergetique ces barrages nous apporteront d'autres perspectives et oportunités dans la Grande Sanaga Maritime.
 
 
#2 05-11-2010 17:47
Merci pour l’exposé du problème. La mobilisation oui, je suis partant mais que pouvons nous affaire Nous membre de la diaspora pour que tout ou partie des solutions proposées par Nathalie soient prises en compte. Nous savons comment les affaires sont menées au Pays
Alors si quelque a une idée je suis preneur.
 
 
#1 05-11-2010 15:42
Merci Nathalie pour la genèse de ce problème que je ne maitrisais pas .
Nous devons nous mobiliser , en plus je suis né à l'hopital de Sakbayémi.
 

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.