litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

DYNAMO DE DOUALA OU L’ECHEC D’UNE RELIGION MAL FONDEE (REDIFUSION)

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Dynamo de Douala a longtemps été le symbole de l’unité du peuple bassa. En effet le support frénétique et quasi « irrationnel » que les bassa lui manifestaient jadis, indique bien le caractère religieux de ce qui en fait ne devait  être qu’une équipe de football.

 

Ai-je dis religieux ? Oui, bien sur et je le redis : le caractère religieux…Les bassa ont transformé pendant longtemps les parties de football de La Dynamo De Douala en culte religieux, avec sa cohorte de fidèles et  ses mantras scandées religieusement avec tout le hémle. J’ai même connu un supporter, je ne sais pas si cette désignation est réaliste, un vrai « ayatollah » qui a lui tout seul, s’était identifié à la nation bassa tout entière, au point d’accepter le surnom de peuple. Nous essayerons dans ce papier de dé-mêler les non dits de cette expérience exceptionnelle.

Diagnostic d’une victimisation.

Qui n’a pas entendu les « fous » de Dynamo ( réf. A l’ouvrage de Jean-Pierre Chabrol, Les Fous De Dieu ) scander en cœur «  bañan bon ba job » et s’auto-identifier « peuple ». Que ses fous s’arrêtent là, aurait déjà due  être en soi inquiétant. Mais religieusement, ils allaient plus loin et engageaient ce chœurs devenu mystique « bon ni tenga la ? ». Pour y comprendre quelque chose, il faut peut être retourner à la BIBLE, EXODE, 5.1-13 où vous trouverez cette affirmation : «  ainsi parle le Yahvé, le Dieu d’Israël : laisse m’ont peuple partir, et qu’il célèbre une fête pour moi dans le désert ! ». On est ici au cœur de la présupposé captivité du « peuple de Dieu » en Egypte noir pharaonique. Notons bien qu’il s’agit du Dieu d’Israël !

Qui n’a pas vu notre Dynamo perdre des parties et affirmer que c’est le fruit d’une conspiration, d’un complot contre le peuple de Dieu. Que tout était question de la persécution, pour etre plus clair. Comment les bassa à travers Dynamo en sont ils arriver à se victimiser en s’identifiant au peuple d’Israël ?Comment le bassa a-t-il  fait pour essayer de se mettre sous la protection d’un Dieu qui a été crée pour l’anéantir ?

Retournons dans EXODE, le combat entre le Dieu du pharaon et le Dieu de Moise se solde par la défaite de celui du peuple noir d’Egypte.. L’histoire est racontée évidement sur par un juif. Et ce dernier en effet fait la victime. Déclare avoir été persécuté pendant 400 ans . Et voilà que le bassa, je ne sais par quelle association, se déclare persécuté, victime et appelle peut etre le dieux d’Israël qui ne viendra certainement jamais, si oui peut etre pour l’anéantir. EXODE est clair, le Dieu en question est le Dieu d’Israël, très connu pour sa jalousie, un Dieu très partisan.

Comment Dynamo ( le peuple bassa ) pensait il pouvoir être  secouru  par un égrégore crée pour le combattre. Entendons par un égrégore (…) un concept désignant un "esprit de groupe", une entité psychique autonome ou une force produite et influencée par les désirs et émotions de plusieurs individus unis dans un but commun. Cette force vivante fonctionnerait alors comme une entité autonome. http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89gr%C3%A9gore .


S’unir à un égrégore favorable

Mbog Dynamo, l’univers de Dynamo a montré pendant une époque la soif de spiritualité du bassa comme peuple. La frénésie de ses supporters fanatisés a indiqué un besoin organique d’une source où s’abreuver. Malheureusement, au lieu de se tourner vers Hilolombi, le bassa s’est identifié à un peuple qu’il n’est pas. Cette malheureuse extraversion aurait peut être  quelque chose à voir avec la débâcle de notre union.

Mais elle a quelque chose d’instructif que peut être nous ne devrions pas laisser  passer sous silence : cette expérience montre aussi que, la religion est ce qui en dernière analyse re-lier un peuple en tant que peuple. Dynamo réunissait parce que c’était plus que le football, c’était la focalisation totale d’une finalité commune, la victoire populaire, le triomphe de la nation bassa unifiée autour d’un but commun, d’un objectif entièrement partagée. Voilà une expérience que seule la religion réussit à porter dans sa plénitude…bien sur, il y avait là quelque chose de religieux qui malheureusement avait été mal fondé.

Le bassa doit constituer son égrégore sur celui qui est le plus ancien Hilolombi, car en tant que le plus ancien de tous les nsa’a ce dernier  est notre véritable dénominateur commun. On devrait tirer des leçons de la religiosité de Dynamo.



Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.