litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

LE MOIS DE LA FEMME BASAA

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

  • «Mut a yé i léb ?»
  • « Mudaa ! »

C’est par ce code, cette salutation et présentation qu’il fallait procéder dans mon village sur le chemin d’une source d’eau très fréquentée ; où les populations arrivaient à toute heure pour prendre le bain, laver le linge, puiser de l’eau ou laver les produits de la cueillette.Et le simple fait qu’une femme réponde éloignait tout enfant, tout homme ou tout groupe de jeunes de la source jusqu’à ce que la femme ou le groupe de femmes présentes à la source leur en donnent la permission ou s’en éloigne. Le mois de mars est là et comme il est de coutume sur Litenlibassa c’est au tour des femmes de prendre la parole, de se faire connaitre, et de faire montre de ce qu’elles sont, ont et pensent de commun.

Pour le mois de mars 2011, c’est avec plaisir que nous vous présenterons nos sœurs, leurs associations, activités, parcours, et bien sur les spécificités qui meublent leur quotidien… Féministes, excentriques, naturelles, mûres, ou autres attributs nous sont souvent attribués à notre grande joie comme à notre insu mais quelle identité ou quel phénotype est porté par toutes ? Aucun !

Chacune de nous représente une entité et se reconnait peut être dans ce que traverse l’autre (sa sœur, coépouse, mère, bru, amie, ou voisine) comme peine, dans ses luttes, sa quête d’affirmation ou tout simplement dans son intégralité ; mais n’en demeure pas moins elle, une autre et ne les épouse qu’en partie ou pas du tout.

Le thème choisi pour l’édition annuelle de la journée internationale de la femme est « L'égalité d'accès à l'éducation, à la formation, à la science et à la technologie : le chemin pour offrir un travail décent aux femmes " et loin d’être une maxime ou une recommandation il est un constat. Car le cours des choses nous présente une société au sein de laquelle la femme a le mieux su se montrer flexible face aux défis et mutations de la société ; elle comprend ainsi les urgences, l’importance de la technologie, l’emprise des nouvelles (informations diverses) et sait s’en servir pour protéger, préserver, soutenir les siens et tout simplement avancer.

D’autre part, celles des nôtres qui ont accès limité à ces outils de pointe font autant parler d’elles et innovent avec leur retour aux sources et mettent en avant leurs spécificités d’autodidactes, d’anonymes, d’intellectuelles en se mettant en avant avec ce qu’elles ont, ce qu’elles savent faire et ce qu’elles offrent. Le savoir faire est ainsi rehaussé par la solidarité, les échanges et leur volonté de faire face à la compétitivité…. Les entretiens qui vous seront présentés tout au long de ce mois et réalisés avec nos sœurs vous le prouveront amplement.

Contrairement aux us en vigueur à la source, les hommes sont invités ; et ont également la parole car il est avéré qu’ils en savent davantage que nos sœurs, en leur qualité observateurs (exclusifs) de la gente féminine ! Mesdames et Messieurs, à nous la parole & heureux mois de Mars à tous.



Commentaires  

 
#23 09-03-2011 14:24
Merci Log Ntap... Merci encore mais je pensais que tu lirais plutot la poltronne qui refuse de séparer de peur d'encaisser des coups ou de se retrouver coincée entre la célèbre écorce et son arbre !
C en effet très culturel et inné cette volonté d'affirmer sa domination par la violence ou la terreur; mais ce n'est pour ceux qui s'y adonnent ni la clé pour obtenir les faveurs sollicitées... Tout un autre débat !

@Bissai, oui j'ai bokou appris par cette énumération mais je reste sur ma soif pour les célébrations des lendemains; car sans répères spéciaux j'ai bokou pensé à (à défaut de les célébrer) mes grandmères dimanche dernier; et que je reçois des voeux liés au début du carême.
Merci de ns aider dc à constituer un calendrier, le nôtre
 
 
#22 09-03-2011 09:57
Sb je pense que c'est la femme qui a eu la chance de bénéficier de fait à tout ce qu'on revendique pour d'autres qui parlent là en toi!

Comment veux tu qu'une femme qui n'a jamais été éduqué dans un prisme autre que la soumission puisse refuser des coups, que lui donne son mari?

Comment veux tu qu'un homme qui se sait maître ou chef de famille, ne pense pas qu'il faille donner des coups pour ramener les récalcitrants dans les rangs?

Oui tu as raison, les deux acceptent, mais alors est ce que cela signifie que c'est normal? La société doit elle laisser quelq'un instituer la violence comme mode de vie et de communication sous prétexte que c'est son choix de vie?

La sensibilisation , et les antennes sont là justement parce que le problème existe. il ne suffit pas de dire, il faut aussi expliquer, aider et accompagner. Éduquer.

Toutes les femmes, ne sont pas ces bébés à l'image de l’étiquette que tu te refuses à les voir attribuer à juste titre d'ailleurs. Mais le fait est que il y en a qui sont convaincus d en etre, et il y en a qui pense fortement qu'elles en sont! Ce qui entraîne tout un tas de conséquence dramatique. Donc NON, nous n'avons pas le droit de tourner le dos et partir, encore sous prétexte que nous violons leurs intimités.
 
 
#21 08-03-2011 12:23
Citation en provenance du commentaire précédent de SB :


@Bissai, le constat a été fait l'an dernier suite à un article publié sur les célébrations du 1er mai et l'appropriation ou création d'une fête du travail qui serait la nôtre comme ça a été le cas dans de nombreux autres pays. On regarde les réjouissances (qui relèvent du gaspillage), on s'indigne mais rien n'est fait.
SVP prenez les devants, vous qui avez le savoir et sensiblisez nous, enseignez nous une autre manière (la nôtre) de penser et d'être !


@ SB,
Je me rejousi que cet article sur le 1er mai l'an passé ait marqué les esprits. J'aurais pu faire d'autre articles sur les autres fêtes, mais je me suis dis "les gens ne sont pas bêtes, ils ont compris, ca ne sert à rien de tjrs le repéter" C'est à ce changement de regard là que
Personnellement j'avais tjrs cru que LLB est orienté. Mais malheureusement les travers du Mainstreaming ont apparamment la peau dure.

Quand tu dis "Prenez les devant" ma soeur merci pour le mandat que tu nous donnes, mais je crains que ce ne soit pas suffisant car il nous faut une legitimité plus large et des moyens. et pour l'instant cette légimité nous ne l'avons pas, c'est la raison pour laquelle on fonde nos espoirs sur litenlibassa qui malheureusement tarde à montrer sa spécificité? à ns servir une vision des bassaa qu'on ne verra que sur litenlibassa et non ce que tous les canards sur la toile reproduisent.

C'est vrai que l'équipe est bénévole mais comme disait quelqu'un ici lors d'un debat c'est pas une raison pour justifier cette attitude "Fourre-tout". à des moments je me demande même si c'est vraiment liténlibassa ou alors liténlilogyuda
 
 
#20 08-03-2011 11:22
Oui, Log Ntap c exactement ça !
Car de nos jours la sensibilation qui est faite sur la question de la violence est complète. Les statistiques, les documents, les centres de soutien, les programmes de soutien sont légion par exple ds les rues de Dla.
Il faut vraiment être fort pour ne pas en entendre parler ou pour se complaire lorsque ça viendrait à survenir près de soi ou dans son couple. Une maman m'a dit un jour en riant "si un hoe tue le moustique sur ta jambe, change d'avis sur lui" car au début c'est des plus subtils pour par la suite devenir un crime facilement qualifiable de passionnel. Car la 1ère fois ou la 1ère violence est la fois de trop.
Et quant à l'éventuelle séparation d'un couple entrain de se battre, non merci !

@Bissai, le constat a été fait l'an dernier suite à un article publié sur les célébrations du 1er mai et l'appropriation ou création d'une fête du travail qui serait la nôtre comme ça a été le cas dans de nombreux autres pays. On regarde les réjouissances (qui relèvent du gaspillage), on s'indigne mais rien n'est fait.
SVP prenez les devants, vous qui avez le savoir et sensiblisez nous, enseignez nous une autre manière (la nôtre) de penser et d'être !
 
 
#19 08-03-2011 10:13
Mandawatara, moi je ne sais pas ce qui se passe en occident, c'est vous qui savez. Quant à mon intervention je pense en toute humilité que tu l'as compris de travers.

La femme doit etre célébrée tout les jours certes, mais une journée dans l'année pour écouter ces revendications ne fait du mal à personne et porte bien haut cette femme dont tu dis qu'elle mérite d'etre célébrée.
 
 
#18 Madawanatara 07-03-2011 22:38
Citation en provenance du commentaire précédent de Log ntap :
@Bissai,

maintenant que nous sommes d'accord, admets-tu que ces femmes ont besoin que nous leurs consacrons une journée au moins au cours de laquelle, elles peuvent faire entendre leurs cris de douleurs? Ou encore leurs cris de colère?

La journée de la femme existe pour célébrer d'une part les avancées de la condition féminine, mais aussi pour profiter de cette tribune qui est offerte pour présenter et porter haut les causes pour lesquelles les femmes et leurs soutiens continuent de se battre.

Maintenant Bissai tu parles d'un suivisme qui met en avant les victoires de femmes nés sur des terres autres que les nôtres. Perso je trouve plutôt bien que des femmes qu'une telle influence ait existé. La question n'étant pas de savoir de qui est l'idée et à qui est la gloire, mais plutôt à qui cela sert-il?
L’institutionna lisation de cette journée aux moeurs Camerounaises, a permis déjà que les veuves puissent toucher une pension un peu plus longtemps que cela leur était permis il y'a quelques temps.
Cela a permis que des jeunes filles cessent d'etre envoyé en mariage avant leur 15ans! et quel progrès, lorsqu'on connait les conséquences de ses mariages précoces sur l'épanouissement des jeunes filles, tant sur le plan physique, que émotionnel ou social.
Et la liste est longue, et le travail est encore à faire. Alors si ce travail, met certaines femmes sur le devant de la scène. Trop peu pour nous car ce n'est pas le plus important!

Madawanata@Log Ntap
C'est tout les jours qu'il faut consacrer du temps à la femme comme ta mère et tes soeurs ont pris soin de toi au quotidien pour devenir l'homme fort,beau et intelligent que tu es Maintenant,si elles n'avaient pas été là pour toi,que serais-tu devenu?
 
 
#17 Madawanatara 07-03-2011 22:33
Citation en provenance du commentaire précédent de Log ntap :
Sb, cette position relève tout simplement du déni sous des prétextes de protections de la vie privée et intimes.

A te lire, On dira en français facile que si lors d'une ballade, nous tombons sur une jeune femme qui se fait tabassée par son mari. nous devons en conclure qu'elle n'est pas victime.
Nous devons tourner la tête et continuer notre chemin en laissant les deux assumer et gérer leur intimité. Nous devons tourner la tête par respect pour cette intimité qu'ils auraient choisit jusqu'à ce que mort s'en suive peut etre.

Madawanatara@Lo g Ntap,permettez-moi d'ajouter un petit message pour dire qu'en Occident,person ne ne célèbre le 08 Mars car la question des droits de la personne est avant tout basé sur le principe de témoignage et de dénonciation des faits,sans preuve,pas de violence,pas de condamnation car c'est à l'individu qu'il incombe de se protéger lui-même en s'accompagnant des Institutions légales(La Loi) pour faire valoir ses Droits.
Nul n'est censé ignorer la LOI.
si lors d'une ballade, nous tombons sur une jeune femme qui se fait tabassée par son mari. nous devons en conclure qu'elle n'est pas victime.
Nous devons tourner la tête et continuer notre chemin en laissant les deux assumer et gérer leur intimité. Nous devons tourner la tête par respect pour cette intimité qu'ils auraient choisit jusqu'à ce que mort s'en suive peut etre.
En Occident on appelle ça complicité de crime dans la Loi ou non assistance à personne en Danger.
mais en réalité tout le monde s'en fout,c'est l'indifférence car nous savons que lorsque qu'on aide une personne en difficulté d'ordre conjugal,ça se retoune toujours contre soi. et de toute façon,c'est l'affaire de la Police et des Juges ! après tout,ils ont les compétences pour agir.
 
 
#16 07-03-2011 21:12
@Bissai,

maintenant que nous sommes d'accord, admets-tu que ces femmes ont besoin que nous leurs consacrons une journée au moins au cours de laquelle, elles peuvent faire entendre leurs cris de douleurs? Ou encore leurs cris de colère?

La journée de la femme existe pour célébrer d'une part les avancées de la condition féminine, mais aussi pour profiter de cette tribune qui est offerte pour présenter et porter haut les causes pour lesquelles les femmes et leurs soutiens continuent de se battre.

Maintenant Bissai tu parles d'un suivisme qui met en avant les victoires de femmes nés sur des terres autres que les nôtres. Perso je trouve plutôt bien que des femmes qu'une telle influence ait existé. La question n'étant pas de savoir de qui est l'idée et à qui est la gloire, mais plutôt à qui cela sert-il?
L’institutionna lisation de cette journée aux moeurs Camerounaises, a permis déjà que les veuves puissent toucher une pension un peu plus longtemps que cela leur était permis il y'a quelques temps.
Cela a permis que des jeunes filles cessent d'etre envoyé en mariage avant leur 15ans! et quel progrès, lorsqu'on connait les conséquences de ses mariages précoces sur l'épanouissement des jeunes filles, tant sur le plan physique, que émotionnel ou social.
Et la liste est longue, et le travail est encore à faire. Alors si ce travail, met certaines femmes sur le devant de la scène. Trop peu pour nous car ce n'est pas le plus important!
 
 
#15 07-03-2011 20:52
Sb, cette position relève tout simplement du déni sous des prétextes de protections de la vie privée et intimes.

A te lire, On dira en français facile que si lors d'une ballade, nous tombons sur une jeune femme qui se fait tabassée par son mari. nous devons en conclure qu'elle n'est pas victime.
Nous devons tourner la tête et continuer notre chemin en laissant les deux assumer et gérer leur intimité. Nous devons tourner la tête par respect pour cette intimité qu'ils auraient choisit jusqu'à ce que mort s'en suive peut etre.
 
 
#14 07-03-2011 19:37
Citation en provenance du commentaire précédent de Bikim :
BIssaii,

Vous vous trompez. Il n'y a qu'en Afrique que le 8 mars est un jour de célébration. On ne saurait dans ce cas, ici parler se suivisme. Ailleurs on ne célèbre pas non plus, car contrairement à ce que vous affirmez, nul ne parle de victoire. Le 8 mars est un jour de contestation.

Parité dans les instances politiques et dans les entreprises
Égalité salariale pour des compétences égales.
Lutte contre la violence conjugale
Le droit pour la femme de disposer de son corps (droit à l'avortement).
...

Et les femmes de part et d'autre dans le monde sont connaissent ces problèmes et doivent s'y intéresser. Dans tous les cas, quand on est contre l'injustice, l'on ne peut pas être indifférent à ces causes.


@Bikim
connaissez-vous l'histoire du 08 Mars, tapez ds google ou wikipedia lisez et vs m'en direz plus.

@ ts, la femme bassa'a a est bel et bien confrontée à tous ces problémes dont Log Tap revéle ici. Mais ne nous trompons pas d'approche voilà mon propos: Contrairement à ce que Bikim dit, le 08 mars a bel et bien une symbolik mais pour un peuple bien precis à savoir le peuple occidental car les revendications se passaient des 2 côtés de l'atlantik. celebrer ce jour c'est celebrer la femme certes, mais pas la femme africaine ARRÊTONS DE TJRS VOULOIR NOUS UNIVERSALISER!

Cessons de "vivre par procuration" au rythme de l'histoire des autres. De même tu invokes tous les barbues qui nous ont été imposés comme égrégores sous le prétexte d'un humanisme universel tu envoies de l'energie à ceux-là ki ont crééé leurs égrégores (il faut rappeler que ces égrégores ne vivent que des prières et des pensées des humains).

De même la date du 08 mars est en mémoire de certaines femmes, pour leur droits à elles leurs révendications à elles. Votre mobilisation en rajoutte à leur victoire, à leur rayonnement. exactement coe lors que vous vous adressez à leur barbus.

Nos femmes ont connu des batailles et des victoires aussi, j'ai cité la revolte des femmes Kom par exemple des exemples ne manquent pas même à une plus petites échelles. Au lieu de celebrer les victoires des autres trouvons-nous aussi une occasion pour celebrer les nôtres. Apprenons à celebrer nos héros, nos esprits, nos morts, c'est la seule voie de salut pour notre culture.
 
 
#13 Madawanatara 07-03-2011 18:35
Citation en provenance du commentaire précédent de Bikim :
"""""-la femme basaa ne serait-elle jamais au prise avec la violence conjugale.
Je ne connais pas exactement la situation des femmes Bassaa victimes de violences conjugales, je n'ai jamais vu de statistiques sociales ou médicales à ce sujet."""""

Madawanatara, vous faites là un fuite en avant, tant il est vrai que toutes les sociétés du monde font face aux problèmes de violence conjugale. L'époque que vous évoquer (celle du tout y est bien, rentrons-y) a été soumise à une gestion qui permettait la stabilité de la famille et celle de la société. Mais rien ne nous dit que cela faisait le bonheur de la femme ou qu'elle y trouvait satisfaction (elle en a plutôt payé le prix). J'en veux pour preuve, la batterie d'interdictions imposées à la seule gente féminine.

De part et d'autre dans le monde une fois de plus, les individus sont épris de liberté. Je ne vois donc pas comment la femme basaa pouvait se complaire dans toute ces restrictions.

Le monde change, nous avec. La femme y compris la basaa, a encore des combats à mener.

Dans combien de familles camerounaises trouve t-on des femmes autonomes comme dans la votre ? vous n'avez sans doute pas les statistiques.


Madawanatara@Bi kim,Et justement par manque de statistiques ou de sondages accessibles aux citoyens,commen t peut-on comprendre l'ampleur de la situation et de ce fait, développer des instruments qui pourraient enrayer et transformer cette situation sociale qui touche toutes les couches de la société,ce n'est pas seulement l'histoire des moins nantis,C'est aussi une lutte quotidienne qui affecte l'Estime de Soi en tant qu'être humain.
 
 
#12 07-03-2011 17:21
"""""-la femme basaa ne serait-elle jamais au prise avec la violence conjugale.
Je ne connais pas exactement la situation des femmes Bassaa victimes de violences conjugales, je n'ai jamais vu de statistiques sociales ou médicales à ce sujet."""""

Madawanatara, vous faites là un fuite en avant, tant il est vrai que toutes les sociétés du monde font face aux problèmes de violence conjugale. L'époque que vous évoquer (celle du tout y est bien, rentrons-y) a été soumise à une gestion qui permettait la stabilité de la famille et celle de la société. Mais rien ne nous dit que cela faisait le bonheur de la femme ou qu'elle y trouvait satisfaction (elle en a plutôt payé le prix). J'en veux pour preuve, la batterie d'interdictions imposées à la seule gente féminine.

De part et d'autre dans le monde une fois de plus, les individus sont épris de liberté. Je ne vois donc pas comment la femme basaa pouvait se complaire dans toute ces restrictions.

Le monde change, nous avec. La femme y compris la basaa, a encore des combats à mener.

Dans combien de familles camerounaises trouve t-on des femmes autonomes comme dans la votre ? vous n'avez sans doute pas les statistiques.
 
 
#11 Madawanatara 07-03-2011 17:03
Citation en provenance du commentaire précédent de Log ntap :
Je lis vos commentaires et je me pose cette question moi qui ne suis pas au fait des enjeux que vous évoquez ici:

-la femme basaa ne serait-elle jamais au prise avec la violence conjugale.
- la femme Basaa serait elle parfaitement autonome.
Revendique t-elle cette autonomie?
-En tant que citoyen, en tant que femme, ces droits civiques sont-ils respectés?
- Trouve t elle sa place sur le marché financier, de l'emploi, et lui rent-on justice???
J'aimerais bien que Bisai qui accuse de suivisme, Manmutt qui estime que il n'y a pas de rapport avec la femme basaa, Mandamuratawa qui renchérit, puisse nous apporter ces réponses. Merçi


Madawanata@Log Ntap!oui, je suis toujours là!
-la femme basaa ne serait-elle jamais au prise avec la violence conjugale.
Je ne connais pas exactement la situation des femmes Bassaa victimes de violences conjugales, je n'ai jamais vu de statistiques sociales ou médicales à ce sujet.
la violence conjugale est une affaire d'Éducation car parfois certaines personnes n'ont pas les outils psychologiques, sociaux et économiques pour répondre à cela, La parole est un outil très puissant quand on sait la diriger c'est pour cela qu'avant il y'avait des conseils matrimoniaux qui faisaient une sorte de Médiation entre les époux et leur familles respectives en vue de réduire et neutraliser les tensions individuelles et sociales avant que les religieux missionnaires et les politiques ne s'en mêle et détruisent les rôles respectifs de l'homme et de la femme Bassaa donc il y a eu beaucoup de confusion et d'interprétation de ce que nous étions,de ce que nous sommes et de ce que nous devrions être.
- la femme Basaa serait elle parfaitement autonome.
Revendique t-elle cette autonomie?
encore ici, la question est très générale,en l'absence de statistiques ou de recensement,il est difficille de connaitre les catégories socio-professionnelle s et l'échelle salariale à laquelle appartienne les femmes Bassaa.Dans ma famille,toute les femmes depuis mon arrière grand mère(4 générations) jusqu'à moi sont autonomes bienqu'il y ait eu des Maris,des Frères,des Oncles,ils n'ont pas été capable de soutenir la famille à cause de raisons sociales et politiques (chomage)
C'est difficille pour un homme noir d'être au chomage quelque soit l'endroit ou il réside car il devient une victime sociale sans dignité pour lui et sa famille et on le méprisera davantage en collant sur lui toutes sortes de préjugés.
Revendiquer l'autonomie dépend de ce que l'on a au départ.Qu'est-ce que la femme Bassaa avait au départ?
En tant que citoyen, en tant que femme, ces droits civiques sont-ils respectés ? Ici est toute la pertinence du débat...Que pense les citoyen(ne)s?
- Trouve t-elle sa place sur le marché financier, de l'emploi, et lui rent-on justice???
Là! la réalité nous rejoint et quelle est-elle? y a-t-il des statistiques à ce sujet?
Amicalement.
 
 
#10 07-03-2011 16:59
Citation en provenance du commentaire précédent de SB :
@Log Ntap, je suis de ceux qui condamnent la position d'éternelle assistée qu'on attribue aux femmes battues, sous employées ou victimes de diverses discriminations de nature mysogine. Le cours des choses est tel et autant que possible on devrait y apporter une solution sans jouer à la victime, car ça relève un peu de la cuisine interne, des multiples non dits de la société ou plus simplement c'est hautement subjectif et suffisamment privé, intime.
Nos soeurs font leur bout de chemin en étant instruites, intellectuelles , handicapées ou tout simplement sous les feux des projecteurs.

@Madawanatara, le code de l'introduction est une fois de plus une invitation à prendre la parole. Nous devons tous nous sentir concernés par la question et nous exprimer librement.

@Bikim, merci pr les rappels. Mais ne pensez vs pas que les femmes camerounaises soient plutot loins de telles réalisations ? Le législateur est il contre nous ou a t il d'autres priorités ?


SB, je ne pense pas que le Cameroun soit loin de ses réalisations. Il fait son bonhomme de chemin. Par exemple, la loi est désormais favorable aux veuves dans le cas des successions. Ce qui n'était pas le cas il y a quelques années.
 
 
#9 07-03-2011 16:36
@Log Ntap, je suis de ceux qui condamnent la position d'éternelle assistée qu'on attribue aux femmes battues, sous employées ou victimes de diverses discriminations de nature mysogine. Le cours des choses est tel et autant que possible on devrait y apporter une solution sans jouer à la victime, car ça relève un peu de la cuisine interne, des multiples non dits de la société ou plus simplement c'est hautement subjectif et suffisamment privé, intime.
Nos soeurs font leur bout de chemin en étant instruites, intellectuelles , handicapées ou tout simplement sous les feux des projecteurs.

@Madawanatara, le code de l'introduction est une fois de plus une invitation à prendre la parole. Nous devons tous nous sentir concernés par la question et nous exprimer librement.

@Bikim, merci pr les rappels. Mais ne pensez vs pas que les femmes camerounaises soient plutot loins de telles réalisations ? Le législateur est il contre nous ou a t il d'autres priorités ?
 
 
#8 07-03-2011 15:58
BIssaii,

Vous vous trompez. Il n'y a qu'en Afrique que le 8 mars est un jour de célébration. On ne saurait dans ce cas, ici parler se suivisme. Ailleurs on ne célèbre pas non plus, car contrairement à ce que vous affirmez, nul ne parle de victoire. Le 8 mars est un jour de contestation.

Parité dans les instances politiques et dans les entreprises
Égalité salariale pour des compétences égales.
Lutte contre la violence conjugale
Le droit pour la femme de disposer de son corps (droit à l'avortement).
...

Et les femmes de part et d'autre dans le monde sont connaissent ces problèmes et doivent s'y intéresser. Dans tous les cas, quand on est contre l'injustice, l'on ne peut pas être indifférent à ces causes.
 
 
#7 07-03-2011 11:16
Je lis vos commentaires et je me pose cette question moi qui ne suis pas au fait des enjeux que vous évoquez ici:

-la femme basaa ne serait-elle jamais au prise avec la violence conjugale.
- la femme Basaa serait elle parfaitement autonome.
Revendique t-elle cette autonomie?
-En tant que citoyen, en tant que femme, ces droits civiques sont-ils respectés?
- Trouve t elle sa place sur le marché financier, de l'emploi, et lui rent-on justice???
J'aimerais bien que Bisai qui accuse de suivisme, Manmutt qui estime que il n'y a pas de rapport avec la femme basaa, Mandamuratawa qui renchérit, puisse nous apporter ces réponses. Merçi
 
 
#6 Madawanatara 04-03-2011 16:43
Citation en provenance du commentaire précédent de SB :
Vous avez entièrement raison !
@Bissai, c'est tt simplement du suivisme que nous avons encaissé et que nous rendons. On a vu les bambara avoir un site web et on en a aussi un ! Pr le mois de mars, la journée est déclarée internationale et on s'y retrouve !
Quant au contenu des articles à venir on a vu des gens chanter, bosser etc et ns voici qui les imitons !
Mais avant de tirer à bout portant sur nous les adhérents des mouvements de masse avez vous jamais pris la peine de nationaliser ou de sensibiliser les moins illuminés que vous sur les évènements propres à fonder une conscience nationale ? Promis, la révolte féminine des femmes Kom va être érigée en référence ! Papa Bissai, à vous la parole... Personnellement je demande à apprendre.

@Boniface, à ta guise ! Heureuse fête de la malédiction... Enjoy

Assia pour la désolation @Madawanatara. Mais le site a aussi une ligne et une programmation éditoriales, rien que ça !!!
Assia pour la désolation @Madawanatara. Mais le site a aussi une ligne et une programmation éditoriales, rien que ça !!!

Madawanatara@SB ok c'est beau tout ça !
mais à mon avis la représentation féminine dans le site Litenlibassa n'est pas assez forte, il faudrait faire plus d'efforts en matière de visibilité et d'Expression et diversifier davantage vos sujets, je ne dis pas que toujours les mêmes sujets abordés par les mêmes chroniqueurs ne sont pas bons mais enfin quelle est la réalité en ce moment que vit l'homme et la femme Bassaa moyen ou normal c'est à dire des personnes qui ne sont pas forcément intellectuelles ou religieuses ou bien politiques comme des profs ou bien des journalistes ou encore des juristes...qui parle vraiment de des problèmes et des réussites des jeunes,de leur famille,du coût de la vie, des infrastructures , l'économie, la Santé, les relations sociales et interpersonnell es...etc...on a besoin de plus de témoignages vivants pour comprendre et apprécier notre culture.Je pense que vous avez des correspondants un peu partout dans le monde et que la technologie est très accessible maintenant,la video c'est bien parcequ'on voit tout,pourriez vous de temps en temps mettre des video sur la vie des bassaa dans les villages,les villes et les Capitales,chaqu e témoignage est précieux pour connaitre cette culture
Madawanatara@li tenlibassa Merci beaucoup pour vos intentions et votre volonté mais il faudrait faire plus et ne pas hésiter à solliciter les compétences de tous bassaa volontaires à l'édification de sa culture. Considérez que Ceci est un encouragement ou une critique positive et si certains se sentent piqués à fleur de peau alors réjouissons-nous parceque le solstice du printemps arrive bientôt !
 
 
#5 04-03-2011 12:53
Vous avez entièrement raison !
@Bissai, c'est tt simplement du suivisme que nous avons encaissé et que nous rendons. On a vu les bambara avoir un site web et on en a aussi un ! Pr le mois de mars, la journée est déclarée internationale et on s'y retrouve !
Quant au contenu des articles à venir on a vu des gens chanter, bosser etc et ns voici qui les imitons !
Mais avant de tirer à bout portant sur nous les adhérents des mouvements de masse avez vous jamais pris la peine de nationaliser ou de sensibiliser les moins illuminés que vous sur les évènements propres à fonder une conscience nationale ? Promis, la révolte féminine des femmes Kom va être érigée en référence ! Papa Bissai, à vous la parole... Personnellement je demande à apprendre.

@Boniface, à ta guise ! Heureuse fête de la malédiction... Enjoy

Assia pour la désolation @Madawanatara. Mais le site a aussi une ligne et une programmation éditoriales, rien que ça !!!
 
 
#4 Madawanatara 03-03-2011 16:38
Citation en provenance du commentaire précédent de BIssaii :
Vraiment ce suivisme des noirs ne nous avancera jamais!

ailleurs ils celèbrent leurs victoires (même imaginaires) et nous les celébrons avec eux, ils celèbrent leurs dieux, nous les celébrons avec eux, on ne fait que s'aligner, s'aligner et s'aligner, quand prendrons-nous des propres initiatives un jours? de pleurer tous les mois de novembre mois pendant lekel Bismark et les autres européens se partagèrent l'Afrik sans les africains? le jour de la fin de l'esclavage, personne n'en parle....

des révoltes fémines nous en avons eues aussi! et tout le monde les ignore, avez-vous entendu parler d'Anlu par exemple où les femmes Kom du nord ouest se souleverent contre le pouvoir colonial pour renverser Endeley ? Ce ne fut pas en mars, mai en Juillet 1958 alors personne ne les celèbre et du cout aucun énergie pour ces pauvres femmes et un mvt d'une telle ampleur. et y a sûrement des tas d'exemples...

Tant que nous n'arrêterons pas ce suivisme, de marcher au rythme des autres, de mobiliser nos energies pour nourrir leurs civilisations à eux, car fêter le mois de mars c'est celebrer les victoires des autres, tant que nous arrêterons pas disai-je les notres resteront tjrs plongés dans l'oubli et nous resterons responsable de ce qui nous arrivent.


Madawanatara@BI ssaii
Je suis d'accord avec vous et pour sortir de ses nappes souterraines quelles sont les fètes que les Bassaa devraient célébrer?
 

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.