litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

Interview du Groupe BLACK ROOTS

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Comment pouvez-vous présenter le groupe Black Roots à nos lecteurs ?

Ce sont six  jeunes gens aux origines diverses, partageant une passion commune : celle de la musique et la danse.

En octobre 1997, ils se retrouvent sous la houlette de feue Liza Ngwa, célèbre chanteuse et chorégraphe camerounaise, alors Directrice Artistique du Ballet National du Cameroun, qui travaille depuis 1975 sur un projet artistique alliant musique et danse, et dont le groupe phare est le « Little drums ».Né des cendres du Little Drums, le Black Roots est aujourd'hui un groupe musical et chorégraphique qui pratique une symbiose savante de rythmes issus des grandes aires culturelles du Cameroun. Ses membres allient la magie des costumes particulièrement originaux à des musiques et rythmes soutenus par les sonorités de divers instruments traditionnels, des guitares et du clavier.

Les membres du Black Roots font un travail important sur le patrimoine camerounais et africain, tout en s’ouvrant aux sonorités musicales du monde.

Le palmarès national et international du Black Roots est éloquent. Mis à part de nombreux spectacles dans les Centres Culturels Français de Yaoundé et Douala, à l’Alliance Franco-Camerounaise de Bamenda et à des soirées de gala ici et là,   le groupe a eu le privilège de participer successivement au Festival Massao, Douala en mai 2003, au Festival International de Théâtre de Sibiu (sibfest) en Roumanie en mai-juin 2004, aux 5 ème Jeux de la Francophonie à Niamey au Niger en décembre 2005. Ils étaient présents à la bourse de spectacle « le Kolatier » en décembre 2006 à Douala et au Festival Brazza Jazz Fusion à Brazzaville en  mai 2008. Il a participé au « Mango Night » de l’association culturelle « Mango Tree » de Yaoundé le 26 février 2010. Ils sont attendus au « Festival N’sangu Ndji_Ndji » de Pointe Noire au Congo Brazzaville du 2 au 6 juin 2011.

Il vient d’être primé meilleur groupe de « Musique Populaire Urbaine » du Conseil International de la Musique/Tribune de Musique Africaine, lors du marché du spectacle »le kolatier » en novembre 2010 à Douala au Cameroun.


De quoi parle votre tube à succès « Ntong Ning » ?

La quête de la lumière…Quelles que soient les difficultés et préjugés sociaux, cherchons à nous épanouir, aller au bout de nos passions et nos limites,  car chacun de nous a son destin.


Quel en est l’inspiration et quels rythmes mettez-vous en valeur à travers cette œuvre ?

Nous nous sommes inspirés de nos histoires personnelles, particulièrement de ce que pour la plupart nous avons vécu dans notre entourage familial, social par rapport au choix que nous avons fait…

Nous sommes partis du rythme « Makunè » du Littoral du Cameroun, avec une fusion de Gandjal du Nord Cameroun, du Séga de l’Ile Maurice et Madagascar.


En quelles autres langues chantez-vous et quels sont les thèmes évoqués dans ces ballades ?

Les membres du groupe sont issus de plusieurs régions du Cameroun (Bamenda, Bafang, Obala, Ngoumou, Eseka, Ombessa, Banganté, Garoua…) nous essayons de valoriser les cultures de toutes les aires linguistiques du pays.

Pour ce qui est des thèmes, nous nous focalisons surtout sur les problèmes sociaux des couches vulnérables, les femmes, les enfants, les vieillards à travers les valeurs de respect de l’être humain…


Vos tenues et votre prestance sont très appréciés et célèbrent les produits vestimentaires et les accessoires de mode de chez nous, est-ce  une forme de militantisme ?

C’est un choix, dans la mesure où nous voulons mettre en exergue notre culture profonde dans un monde en mutation…En fait,  nous encourageons l’Africain à s’ouvrir au monde sans perdre ses origines.


Comment évolue la promotion et quels sont les autres titres de cet album ?

Depuis Juillet 2010 notre album est sorti sous le label « Alizés Equateur Records » (dont le site sera en ligne d’ici quelques jours) - il est distribué au Cameroun par « Culture Mboa » et tous les Centres Culturels, Hôtels et grands surfaces  de la place dans nos grandes villes. Pour l’instant seul le vidéo clip « Ntong Ning » vend notre image de marque. Il faudrait noter que le script,  les chorégraphies et les costumes de la vidéo sont le fruit des diverses compétences réunies dans le groupe. Nous avons le privilège d’être diffusés tant sur les médias audio visuels (radios et télévisions locale set internationales), dans la presse écrite et surtout à travers nos diverses participations à de nombreux festivals internationaux. .

 


L’abum compte 11 titres :

1- Ntong Ning, 2- La joie, 3- Mélodies tropicales, 4- Sombaleya, 5- Deum tcha’h, 6- Cry, 7- Ndom, 8- Nelson Mandela, 9- Temeu, 10- Terci leksi, 11- Freedom.


Contact : blackrootsgpe@yahoo.fr

Tél +237 77 82 58 97

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.