litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

« Je puise ma source d’inspiration dans les tréfonds de mon village natal Songbengue »Olivier de Clovis Bonga

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

LLB :Qui est Olivier Declovis Bonga ?

je suis BONGA Olivier Clovis Camerounais Originaire de la Sanaga Maritime(Songbengue) Artiste Musicien, Auteur compositeur Interprète mordue par la chose musicale depuis ma tendre enfance mais professionnellement depuis 20 an.

 

J’ai fait des études primaires et secondaires sanctionnées à la fin par un Diplôme de fin de formation dans la mécanique automobile. Très petit j’ai été bercé en longueur de journée par les musiques de Jean BIKOKO Aladin que je rencontre plus tard à Edéa (1981) et qui par la suite devient mon idole et me pousse à chanter puis à jouer à la guitare.

 02 album sur le marché entre autre Encyclopédie d’assiko Volume I ( YETNA, BITJOGA, EBELE et SAMSON SHOW ) sortie en 2002 par JPS PROD.

Encyclopédie d’assiko volume II entre autre BIBOUM BI LAGLE ( GHARA GAHI) AZUG NAKWA sortie en 2005 par une coproduction Olivier de Clovis et certains Mécènes (Honorable SOM Benoit ) etc…, et la toute première production d’un support DVD dans le genre assiko en 2006.

En ce moment je prépare la sortie imminente de mon troisième album intitulé LOM SANAGA dont la sortie aura lieu mi-octobre 2011 ; Une production du groupe hôtelier Sainte Victoire

 

LLB : D’où tirez-vous votre source d’inspiration ?

Je puise ma source d’inspiration dans les tréfonds de mon village natal Songbengue, un des terroirs de l’Assiko et d’autres rythme tels que le Bekele, le Sekele,le Ngola, le Nkosso, le Mahongo, le Makouné etc…

 

LLB : Quel est votre parcours artiste ?

Après avoir jouer pendant plus de 17ans dans tous les grands bars de la capitale économique Douala et quelques uns dans le triangle national, le destin a voulu qu’en 2000, je fasse la rencontre de Paul Banlog Ingénieur de son, professeur de musique et guitariste qui revenait d’Europe. De cette rencontre naît le groupe le groupe « Encyclopedie d’assiko » dont je suis le leader chanteur. Paul Banlog y est bassiste, arrangeur et chef d’orchestre. En 2002 fort de notre expérience, nous avons produit notre premier opus « encyclopédie d’assiko vol I » qui est une compilation d’ASSIKO dont les titres BITJOGA, EBELE et YETNA chanté par Olivier Declovis .Cet album connut la notoriété. C’est ainsi que je me positionne comme dauphin de Jean Bikoko Aladin de par ma technique de chant, mon jeu de guitare et ma fusion avec les courants contemporains, bref, par la qualité du travail. La révolution de l’assiko est en marche et les ventes sont au rendez vous. Néanmoins, nous avons souffert du défaut de communication, mais en 2005, j’ai commis mon premier album en solo avec la participation du groupe « Encyclopedie d’Assiko ». Le vol II avec pour titre phare, azug na kkwa. Mais le public a plutôt adopté   bibum bi lagle qui a d’ailleurs transformé son titre en, ngada ngahi, le refrain de cette chanson.

Aujourd’hui bibum bi lagle est l’hymne de la majorité des basaa. Dans cet album, il est question de décrire le testament de chacun de nous partant pour le dernier voyage. Avec Lom Sanaga, titre de mon nouvel album, je lance un appel aux autorités de notre cher pays, de rétrocéder aux populations de la grande Sanaga, ce que la Sanaga a donné à tout le pays, voir à la sous région. Et à nos jeunes sœurs qui s’exposent par leurs usages vestimentaires, de se redonner de la valeur car tout ce qui est tendance n’est pas toujours utile pour nous.

 

LLB : Au Cameroun, Il est rare qu’un artiste chante en hommage d’un autre qui a fait dans le même domaine. Pourquoi avoir chanté en hommage d’Aladin Bikoko ?

Nous sommes d’abord ingrats on ne reconnait pas toujours la valeur de l’autre. Pour moi, il faut partir du modèle de quelqu’un, afin de trouver son propre chemin.

 

 

LLB : Que pensez-vous faire pour que l’assiko ne meure pas comme les autres danses basaa ?

Je compte rendre cette danse plus populaire par la voie des technologies de l’information, afin que ce rythme soit mis à la portée des jeunes. Je fais déjà un travail de fond dans ma façon de jouer cette musique aujourd’hui.

 

Propos recueillis par Claire Tatiana MATJE

 

 


 

Commentaires  

 
#1 07-11-2011 14:10
Me yega MBOK
Ba sang ba bitjoka, ni ba nyang ba bitjoka bolè ba sebbeli bitjoka..... Boda ba mbom i leké wa bell bé noka !!! Wem nunu a tabé lé.....
Voix exceptionnelle, artiste découvert il y a 6 ans , par un frère, fan immodéré de l ASSIKO.
Voix exceptionnelle, Continue ton travail man nyang, nous te sommes reconnaissants.
I kété li nyang
Francis
 

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.