litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

Anna Ngann Yonn : Le déclic a été mon 1er défilé à l’international

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

La créatrice de la marque Kreyann revient sur ses 10 ans au service la mode Camerounaise.

Comment en est-on arrivé à la création de la marque Kreyann ?


Kreyann signifie les créations d’Anna. Des amis m’ont conseillé ce nom pour ma marque de vêtements, pour plus de feeling. Je n’ai été ni soutenue ni accompagnée. Je n’ai pas eu accès au crédit, ni à un découvert bancaire. Il a fallu chercher de l’argent en bradant les prix. Aujourd’hui, je suis une maman et une femme au foyer comblée.

Titulaire d’un baccalauréat D, vous optez pour la mode…
Le choix était fait bien avant mon baccalauréat. Le bac était juste un deal avec mes parents. J’ai commencé à exprimer mon désir pour la mode en classe de 4ème. La couture à l’époque n’était pas un métier valorisant. Donc, mes parents ne comprenaient pas très bien ce choix. Ils m’ont dit de rester concentrée à l’école jusqu’à l’obtention de mon Bac. Ils souhaitaient que je devienne médecin. Moi j’aurais souhaité être orientée tôt vers le second cycle du lycée. Mais bon, j’ai dû me résoudre à leur volonté. Et j’obtiens mon Bac D en 1992. Même si mon père a tenté de me faire présenter le concours du Cuss. A l’époque, ma mère était directrice de l’école des infirmiers. Il fallait un remplaçant et j’étais le candidat idéal. J’ai dit non et j’ai rappelé notre deal.

Seule, comment parvenez-vous à réussir ?
C’est vrai que mes parents étaient contre. Mais ils se sont rendus compte que l’idée n’était pas mauvaise. Ils vont donc lâcher prise et décider de m’accompagner dans ce rêve. Tout de suite, une organisation se met en place pour me chercher un établissement adéquat. Et je me suis rendue compte que mon bac D m’a aidée à entrer à l’école supérieur des arts de la mode (Esmod) de Paris en France en 1992. Il fallait avoir un Bac scientifique. Je m’inscris en formation Double styliste et modéliste. Deux formations qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre. Ceci grâce aux conseils de mes parents qui m’ont promis de coudre pour moi au Cameroun. D’où la nécessité pour moi de savoir réaliser ce que je dessine. Ma formation dure trois ans. Je finis le 30 juin 1995. Quatre jours plus tard (le 4juillet 1995), je rentre au Cameroun où c’est l’incertitude totale, le désert. Mais je persiste et commence avec une machine, puis deux et trois, etc.

Comment rencontrez vous l’organisateur de spectacles sud-africain Jan Malan ?
La rencontre avec Jan Malan se fait de manière fortuite en 1999. Il arrive au Cameroun dans le cadre du programme «face of africa» qui recherchait des visages de jeunes filles à présenter à un concours mondial de top model. Il fallait des designers pour habiller les filles retenues au niveau du Cameroun. Il fait le tour des designers et quelqu’un lui parle de moi. A l’époque je n’avais pas d’atelier et je travaillais seule. Mais le contact a été très bon. Il dit après qu’il a vu une étincelle en moi. Cette expérience de rêve, m’a permis de participer à mon premier défilé à l’international ( finale de face of africa en Afrique de l’Ouest) aux côtés des stylistes de renoms comme Givenchy, Céline et tout le reste à Abuja au Nigeria. Le déclic est parti de ce défilé. Deux ans après (2001), je lance la marque Kreyann et j’ouvre un showroom à Douala….

Propos recueillis par Aristide Ekambi

http://www.quotidienmutations.info/quotidienews/sup-cultures.php?subaction=showfull&id=1322091740&archive=&start_from=&ucat=6&



Commentaires  

 
#2 Francis HONOLL 26-11-2011 19:57
Me yega MBOK
Toutes mes félicitations pour ce parcours exemplaire.Je ne sais pas si le patronyme a un rapport avec un célèbre ingénieur (humaniste et très oecuménique) de la prestigieuse école pont et chaussées de Paris, qui fut pendant longtemps direct général du PORT de et de la SNI?
Dans tous les cas, comme les coupes sont aussi belles que la styliste elle-même ,on peut croire que la notoriété sera encore plus grande dans les années à venir.
I kété li nyang
Francis
 
 
#1 ngo mandeng billy 25-11-2011 13:32
chapeau ma chère,ta persévérance a été récompensée et Dieu t'a bénie ,qu'il le fasse davantage en te donnant ce que ton coeur désire ...
 

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.