litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

Sport : Samè Dooh Gilbert Patrick

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

Pour le mois consacré au sport, Litén li Basaa est allé à la rencontre d’un jeune footballeur Mpoo : Samè  Dooh Gilbert Patrick. Mr Samè a bien voulu nous ouvrir les portes de son parcours footballistique, qui s’avère être un parcours semé d’embuches et de ronces mais qu’armé de volonté, le jeune homme n’hésite pas à braver pour pouvoir atteindre le but qu’il s’est fixé : Devenir une star international du football.

 

 

Samè  Dooh Gilbert Patrick, est né le 18 janvier 1990 à Yaoundé capitale Camerounaise. Originaire de la province de la Sanaga Maritime, ce fils Bakoko à abrégé ses études une fois son Baccalauréat de série D en poche. Dès lors, il a décidé de se consacrer à ce qu’il aime par-dessus tout : le football. Notre footballeur sait que pour réaliser ses rêves, il faut franchir des étapes, aussi s’attèle t-il à se faire remarquer par tous ces recruteurs qui parfois se mêlent à la foule des gradins. Le jeune Samè comme tout footballeur camerounais est conscient des réalités locales. Le football camerounais peine à redécoller sur le plan national, nous sommes loin de l’époque où canon de Yaoundé et autres faisaient stade plein ! Aujourd’hui les yeux des téléspectateurs sont braqués sur les championnats européens. Samè le sait et il a décidé qu’il devra faire partie de ces stars adulées par les spectateurs Camerounais et internationaux. Depuis 2001 il n’a eu de cesse d’arpenter les clubs Camerounais à la recherche de ce perfectionnement qui a permis à d’autres avant lui de devenir les meilleurs. En 2006 cette persévérance semble payer puisqu’il obtient la chance d’effectuer des essais aux Emirats Arabes Unis  dans plusieurs  clubs de Dubaï dont Diamonds. En 2009 l’exploit est réitéré mais cette fois, pour la République turque de Chypre nord dans le club Cetinkaya Turk Spor Kulubu.

Malheureusement ces essais n’ont pas encore été concluants. Samè a dû revenir au Cameroun et attend une nouvelle perche que lui tendrait le destin. Notre jeune footballeur l’affirme, et ce n’est pas nous qui le contredirons, la pratique du foot au pays, même s’il regorge de talents n’est pas facile. C’est la passion qui guide nos footballeurs, il y a pas d’infrastructures et vraiment peu de moyens. Ce qui rend la pratique du football très pénible pour des jeunes passionnés comme Samè. D’ailleurs beaucoup finissent par raccrocher leurs godasses. Mais, Samè nous l’affirme : Tant qu’il n’aura pas atteint ses objectifs footballistiques, il ne lâchera rien !

Ce fils de la grotte nous apprend que toutes ces difficultés qu’il brave courageusement dans cette recherche d’accomplissement, lui ont laissé en héritage des acquis irremplaçables. Il nous l’affirme : Si il est établit que le football pratiqué sur la terre de ses ancêtres ne lui permet pas de s’assurer un quotidien décent, il n’aurait cependant pu s’offrir une meilleure école pour la technique et la maturité. Pour lui, nous affirme t-il : Le plus important pour un footballeur de son âge n’est pas ce qu’il gagne, mais ces acquis que lui offre son expérience sur les terrains locaux. De la maturité et de la  technique sur le plan du jeu et surtout de la constance. Tels sont les acquis qu’il est fier d’exhiber à ce jour. Mais Samè ne baisse pour autant pas les bras, il s’impose une discipline drastique.

A la question de savoir si il parvient à vivre de son métier, il nous répond : « Je vis actuellement chez mes parents et je ne souffre pas. Nos conditions de vie sont modestes, mais nous mangeons et nous nous soignons. Il est évident qu’elles pourraient être meilleures mais c’est déjà ça ».  Avec une telle réponse, il semble évident que le football ne nourrit pas son homme à Mbai. Mais Samè croit en son rêve. Le regard brillant, il nous annonce la flamme à l’œil qu’il se projette dans un grand club européen. «  Je me verrai dans un club comme Manchester United ou le grand Barça. Mon idole actuellement c’est Lionel Messi, il est extraordinaire et il est gaucher comme moi ». Le jeune Samè a une cible, et il compte bien l’atteindre, tout comme il aimerait être l’ambassadeur footballistique de sa communauté. Il le dit : « Ce serait un honneur pour moi ». Ce fils des Bakoko vient de faire un appel du pied aux siens et espère bien qu’il portera ses fruits. En attendant, il continue à faire ses armes à Renaissance de Ngoumou qui tient fermement sa place en première division.

 

Samè,  Liten li basaa te souhaite de réaliser tes rêves.

 

Commentaires  

 
#3 24-05-2011 13:58
L'idéal aurait été que notre frère se forme dans un autre domaine. Il n'est jamais prudent de mettre tous ses yeux dans le même panier.

Félicitations tout de même pour sa bravoure. Je lui souhaite de réaliser ses rêves.
 
 
#2 23-05-2011 14:09
slt a tous les internautes je tiens a vous dire que ce gars c'est un espoir au cameroun et surtout pour la communaute bakoko du courage frero va de l'avant
 
 
+1 #1 23-05-2011 12:03
Slt chers et soeurs c est avec un drand honneur que je vous envoye ce commentaire.Je suis tres touché de ce reportage sur ce jeune homme il a ete mon voisin a yaoundé(olezoa) .Je l ai vu jouer il a tous les atouts d un grand footballeur.Je le souhaite pleines de bonne choses et que son reve ce realise un jour.Il est l un des futures grand footballeurs.BONNE CHANCE .
 

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.