litenlibassa.com

 
 

 
 
 
 
You are here:
 
 

François Omam-Biyik, un lion d’or du Cameroun

Envoyer Imprimer PDF
AddThis Social Bookmark Button

François Omam-Biyik, c'est la fierté camerounaise des années 80 mais surtout de l'année 1990. Pour sa participation au Mondial cette année-là en Italie, l'ancien international camerounais a accompli le geste qui a obligé l'Argentine à s'incliner dès le premier tour.

 

Avec ses 63 sélections dans l'équipe nationale du Cameroun, François Omam-Biyik est l'homme de l'année 1990. Dès le match d'ouverture de la Coupe du Monde, il renvoie, grâce à un but marqué de la tête, les Argentins, alors vainqueur du Mondial précédent, à la maison (1-0). Les Lions indomptables seront les premiers africains à arriver en quart de finale à l'occasion d'une Coupe du monde.

En 1987, le joueur camerounais, alors âgé de 20 ans, débarque en France pour sa première saison à Laval et marque son premier but à Auxerre, dès la troisième journée. En janvier 1988, direction le Maroc pour disputer la Coupe d'Afrique des Nations que les Lions indomptables remporteront. Gravement blessé au genou, l'ex-attaquant mettra plusieurs mois à se rétablir et retrouver son niveau. Après un passage à Rennes, Cannes et Marseille, l'international camerounais rejoindra le RC Lens, un club qu'il affectionnera tout particulièrement et dont il portera les couleurs de 1992 à 1995.

Héros d'un jour, souvenir de toujours...

Il y a vingt et un ans presque jour pour jour, le 8 juin 1990, François Oman-Biyik était devant les caméras du monde entier pour le match d'ouverture de la Coupe du monde organisée en Italie cette année-là. Et c'est contre l'Argentine que le Cameroun de Roger Milla a débuté cette compétition. Bien évidemment, peu nombreux sont les commentateurs qui croient, à ce moment-là, en la victoire du Cameroun contre l'équipe championne du monde sortante. Pourtant, à la surprise générale, plus rien ne va dans les pronostics ! Grâce à une tête de Omam-Biyik, les Lions indomptables remportent le match 1-0 et renvoient bredouilles Diego Maradona et sa bande aux vestiaires.


Même si le périple camerounais n'ira pas plus loin que les quarts de finale, il n'en est pas moins vrai que c'est la première équipe africaine à avoir atteint ce stade lors d'un Mondial. Et au peuple de s'en réjouir. Ce qu'il n'a pas manqué de faire d'ailleurs... "Au départ, on ne pensait même pas passer le premier tour. Alors, quand on a été éliminés par l'Angleterre, on est rentrés au Cameroun pour faire la fête avec tout le peuple camerounais, raconte François Omam-Biyik. Quand on est arrivés à l'aéroport de Douala, l'avion a dû refaire un tour car la piste était envahie de monde."

De Laval au Mexique en passant par l'OM...

Bien que n'ayant commencé à jouer en club qu'à l'âge de 15 ans, le héros de ce match mémorable a tout de même grandi avec un ballon rond. "Mon papa a joué au football. Mon premier cadeau a été un ballon. Ma formation, elle s'est faite dans la rue et dans les cours de récréation. C'était mon frère aîné qui faisait les entraînements. Au début, je jouais derrière, en libero, les aînés préféraient jouer devant. Quand mon frère est parti, j'ai pris sa place de numéro 10. Un an après, quand il est revenu, j'avais pris tellement de plaisir à marquer des buts que je suis passé avant-centre." C'est à 18 ans que François commence à se faire remarquer lors de son intégration en équipe nationale espoir.

L'ancien Lion indomptable a été le premier footballeur africain à jouer au Mexique. Entre 1995 et 1997, il a joué au Club America avec qui il a inscrit 49 buts en 75 matches. "J'ai joué des derbys devant 100 000 personnes. Sur les plans humain et sportif, j'ai passé de très bons moments au Mexique. Là-bas, on me reconnaîtra jusqu'à la fin de mes jours."

Aujourd'hui âgé de 45 ans, François Omam-Biyit vit à Châteauroux, dans l'Indre, entouré de sa famille. En plus de son activité d'entraîneur local, il est devenu, depuis le 17 août 2010 entraineur adjoint de l'équipe nationale camerounaise. "Je suis soulagé parce que c'est toujours un honneur de travailler pour son pays. J'ai été candidat pour un poste en sélection, j'ai présenté un projet. Je me réjouis que dans ce projet, il y ait beaucoup de choses qui aient été prises en compte... et elles seront développées pour le football camerounais."

 

 

Source : http://www.afrik.com/article23191.html


Commentaires  

 
#2 04-08-2011 17:32
il a été toujours un garçon sérieux en tout ce qu'il entreprend. Vous n'avez qu'à voir son palmarès. J'ai peur d'une chose c'est que son cercle (le pays l) e gâte parce que l'équipe nationale est une cage à puces
 
 
#1 04-08-2011 06:53
Du (PFC) Pouma Football Club qui qui évoluait en 3è division, il est passé en "Lions Espoir" et titulaire en prestigieuse équipe de D1
 

Il est obligatoire d'être enregistré pour commenter cet article.
Les bassanautes sont invités à un comportement responsable. Des commentaires à caractère injurieux, xénophobe, diffamatoire ou incitant à la haine seront supprimés et leurs auteurs interdits d'intervention sur ce site. Nous invitons donc les uns et les autres au respect mutuel.